lundi 7 janvier 2013

DECOMPTE DU MOIS : DECEMBRE

Décembre. C’est la fête. C’est la décadence à tous les étages. Alors qu’on est en droit d’attendre de la part de ses proches une petite série de cadeaux de Noël, pour ma part mon petit bonheur culturel je le cultive moi-même en passant commande sur internet, en fouinant sur les sites de vente aux enchères, en dénichant des raretés dans des boutiques improbables… Bref, en me baladant dans le cyberspace et dans mes petits recoins commerciaux fétiches.

Durant ce dernier mois de l’année, c’est l’occasion de profiter un max pour faire des folies. Et dans ce rayon-là, j’y connais quelque chose. Pour 2012, cela doit certainement être le moment où je peux me lâcher complètement et ne me priver de (quasi) rien. Films, disques, livres, vinyles. Je peux dire que je (me) suis gâté. J’ai spécialement fait une grande razzia sur les DVDs de l’éditeur Artus Films avec une superbe sélection des « chefs-d’œuvre du gothique », des coffrets en pagaille avec des vieux classiques oubliés de la S.F américaine. Des longs-métrages avec des dinosaures, des Jess Franco… Que du bonheur! Il y a aussi plein d’autres choses fabuleuses, comme les coffrets ultra-soignés consacrés aux films de Zulawski. Et puis aussi quelques Blu-rays incontournables, comme des Criterion ou du Wild Side qui consacrent tous les deux le meilleur du cinéma. Ce mois-ci, de l’Argento, du Godzilla et puis une fabuleuse histoire de fantômes japonais. Et il y a bien plus encore… Suffit de regarder les photos!

Niveau musique, le gros cadeau aura été l’édition limitée de la bande originale du film de David Fincher THE GIRL WITH THE DRAGON TATOO. Une B.O. monumentale de 3 heures répartis sur 6 vinyles. Le tout, emballé dans un coffret luxueux, signé par les deux auteurs de la musique. Une merveille dont il a fallu  mettre le prix! L’autre édition très spéciale provient d’Asie avec le groupe coréen ORANGE CARAMEL qui sait soigner son premier disque. Format hors-norme, c’est un véritable livre de photos bien colorées de ses mignonnettes interprètes! Une sucrerie musicale. Génial!

Pour ce qui est de mes lectures, il n’y a pas de quoi s’ennuyer non plus. Un bouquin de John Landis sur le bestiaire fantastique (exceptionnellement riche en somptueuses photos!), la biographie incroyable de Scharwy (600 pages lues en 2 semaines!), et d’autres gros bouquins sur le cinéma ou d’autres icônes du 7ème Art comme Asia Argento ou Georgina Spelvin. Mais aussi un magnifique recueil de photos d’un chat japonais, compagnon des aventures de la vie d’une vieille grand-maman. Un livre qui détone avec le reste, qui prouve aussi qu’il n’y a pas que le cinéma dans ma vie! Enjoy!

Films en DVD : L'HOMME DE L'ARIZONA (The Tall T) de Budd Boetticher (1957) - LE VENGEUR AGIT AU CREPUSCULE (Decision At Sundow) de Budd Boetticher (1957) - L'AVENTURIER DU TEXAS (Buchanan Rides Alone) de Budd Boetticher (1958) - LA CHEVAUCHEE DE LA VENGEANCE (Ride Lonesome) de Budd Boetticher (1959) - COMANCHE STATION (Comanche Station) de Budd Boetticher (1960) - THE SINFUL DWARF - XXX VERSION - (Dværgen) de Vidal Raski (1973) - VOODOO MAN de William Beaudine (1944) - LES MORTS-VIVANTS (White Zombie) de Victor Halperin (1932) - THE MYSTERIOUS Mr WONG de William Nigh (1934) - LUGOSI : HOLLYWOOD'S DRACULA de Gary Don Rhodes (1999) - LES ENVAHISSEURS DE LA PLANETE ROUGE (Invaders From Mars) de William Cameron Menzies (1953) - VINGT-QUATRE HEURES CHEZ LES MARTIENS (Rocketship X-M) de Kurt Neumann (1950) - FLIGHT TO MARS de Lesley Selander (1951) - RED PLANET MARS de Harry Horner (1952) - THE BEAST OF HOLLOW MOUNTAIN de Edward Nassour & Ismael Rodriguez (1956) - KING DINOSAUR de Bert I. Gordon (1955) - LOST CONTINENT de Sam Newfield (1951) - TWO LOST WORLDS de Norman Dawn (1951) - DE LA TERRE A LA LUNE (From The Earth To The Moon) de Byron Haskin (1958) - PROJECT MOONBASE de Richard Talmadge (1953) - MUTINY IN OUTER SPACE de Hugo Grimaldi (1965) - MISSILE TO THE MOON de Richard E. Cunha (1958) - THE HIDEOUS SUN DEMON de Robert Clarke & Tom Boutross (1959) - NOT OF THIS EARTH de Roger Corman (1957) - THE COSMIC MAN de Herbert S. Greene (1959) - KRONOS de Kurt Neumann (1957) - L'EFFROYABLE SECRET DU DOCTEUR HICHCOCK (L'Orribile Segreto Del Dr. Hichcock) de Riccardo Freda (1962) - LE CHÂTEAU DES MORTS-VIVANTS (Il Castello Dei Morti Vivi) de Luciano Ricci & Lorenzo Sabatini (1964) - LA CRYPTE DU VAMPIRE (La Cripta E l'Incubo) de Camillo Mastrocinque (1964) - L'ORGIE DES VAMPIRES (Il Mostro Dell'Opera) de Renato Polselli (1964) - LE CIMETIERE DES MORTS VIVANTS (5 Tombe Per Un Medium) de Massimo Pupillo (1965) - VIERGES POUR LE BOURREAU (Il Boia Scarlatto) de Massimo Pupillo (1965) - LE CHÂTEAU DES MESSES NOIRES (Der Fluch Der Schwarzen Schwestern) de Joe Sarno (1973) - LA COMTESSE PERVERSE de Jess Franco (1974) - CELESTINE... BONNE A TOUT FAIRE de Jess Franco (1974) - PLAISIR A TROIS de Jess Franco (1974) - PAROXISMUS (Venus In Furs) de Jess Franco (1969) - OGROFF de Norbert Moutier (1983) - ROLLER BOOGIE de Mark L. Lester (1979) - SHEENA, REINE DE LA JUNGLE (Sheena) de John Guillermin (1984) - L'IMPORTANT C'EST D'AIMER de Andrzej Zulawski (1975) - LA FEMME PUBLIQUE de Andrzej Zulawski (1984) - L'AMOUR BRAQUE de Andrzej Zulawski (1985) - CHAMANKA (Szamanka) de Andrzej Zulawski (1996) - L'ÎLE DU DOCTEUR MOREAU (Island Of Lost Souls) de Erle C. Kenton (1932) - ADIEU BERTHE - L'ENTERREMENT DE MEME de Bruno Podalydès (2012) - LA LAME INFERNALE (La Polizia Chiede Aiuto) de Massimo Dallamano (1974)

Films en Blu-Ray : THE KING OF NEW YORK de Abel Ferrara (1990) - HOLY MOTORS de Leos Carax (2012) - L'INITIATION DE MISTY BEETHOVEN (The Opening Of Misty Beethoven) de Radley Metzger (1976) - GODZILLA (Gojira) de Ishirô Honda (1954) - KURONEKO (Yabu No Naka No Kuroneko) de Kaneto Shindô (1968) - 4 MOUCHES DE VELOURS GRIS (4 Mosche Di Velluto Grigio) de Dario Argento (1971) - LES FRISSONS DE L'ANGOISSE (Profondo Rosso) de Dario Argento (1975) - TWIXT de Francis Ford Coppola (2011)

Musique : ORANGE CARAMEL "Lipstick" - ANNA KARENINA by Dario Marianelli - CITTA' VIOLENTA by Ennio Morricone - KING KONG by John Barry - KING KONG LIVES by John Scott - THE LONG GOODBYE by John Williams - THE RED PONY by Jerry Goldsmith - SINISTER by Christopher Young - L'IMPORTANT C'EST D'AIMER de Georges Delerue - L'AMOUR BRAQUE de Stanislas Syrewicz - LA FEMME PUBLIQUE de Alain Wisniak - SZAMANKA by Andrzej Korzynski

Musique (Vinyles) : LA SETTA by Pino Donaggio - RUSCONI "Revolution" - ANNA VON HAUSSWOLFF "Singing From The Grave" - ANNA VON HAUSSWOLFF "Ceremony" - THE GIRL WITH THE DRAGON TATOO (Limited Edition) by Trent Reznor & Atticus Ross - BJÖRK "Biophilia" - BJÖRK "Bastards [remixes] "

Livres : TOTAL RECALL : L'INCROYABLE ET VERIDIQUE HISTOIRE DE MA VIE de Arnold Schwarzenegger - CREATURES FANTASTIQUES ET MONSTRES AU CINEMA de John Landis - SEXYTIME: THE POST-PORN RISE OF THE PORNOISSEUR de Jacques Boyreau & Peter Van Horne - LES CLASSIQUES DU CINEMA FANTASTIQUE de Jean-Marie Sabatier - FRANJU : IMPRESSIONS ET AVEUX de M.-M. Brumagne - MISAO THE BIG MAMA AND FUKUMARU THE CAT de Miyoko Ihara - LES FEMMES-OBJETS de Anxiogène & Blaise Nada - HOUSE OF PSYCHOTIC WOMEN : AN AUTOBIOGRAPHICAL TOPOGRAPHY OF FEMALE NEUROSIS IN HORROR AND EXPLOITATION FILMS de Kier-La Janisse - ON THE WINGS OF AN ANGEL : THE LIFE AND CAREER OF ASIA ARGENTO de Darran Mann - THE DEVIL MADE ME DO IT : A MEMOIR by Georgina Spelvin








dimanche 6 janvier 2013

CINEMA 2012 : LE TOP DE L'ANNEE


Une bien belle année cinématographique que fut 2012. Une grande balade à travers un panorama de films aussi divers que variés, en provenance d’une multitude de pays pour nous raconter des histoires formidables, nous émouvoir, nous faire palpiter sur grand écran. Sur près de 300 salles vus dans les salles obscures, il a été ardu de ne retenir qu’une mince portion de toutes ces découvertes. Mais je n’en garde ici que le meilleur de cette année qui vient de se terminer avec les longs-métrages qui m’ont fait vivre de grands moments de cinéma.

Comme c’est souvent le cas, les fêtes de Noël garantissent encore aux spectateurs quelques belles découvertes pour les derniers jours de l'année et mon Top personnel se voit ainsi garni de 3 films qui viennent à peine de s’afficher sur la grande toile. Comme quoi, il est toujours ardu d’établir un classement définitif car il semble y avoir toujours une nouvelle merveille à se mettre devant les yeux.

Pour 2012, j’ai fait un classement un peu particulier qui ne comporte pas 10, mais 13 longs-métrages. J’aurai pu me contenter de 12 films - 12 titres pour 2012, cela va de soi, n’est-ce pas? - mais mon n°1 qui trône au sommet de cette liste car étant sorti dans les salles suisses cette fameuse année alors qu’il était déjà à l’affiche de la plupart des salles du monde avant mon petit pays, j’ai décidé de monter le classement au chiffre 13. Et ainsi offrir une sélection riche et plutôt assez intéressante au vu des œuvres choisies qui mixe allégrement les styles et les genres, de même que la provenance de leur pays d’origine. Voilà qui devrait offrir de belles saveurs cinématographiques à déguster pour tout aventurier cinéphile qui n’aurait pas - encore - vus ces treize perles qui constituent pour votre chroniqueur le pinacle de l’année 2012. Enjoy!

1. SHAME de Steve McQueen
2. TWIXT de Francis Ford Coppola
3. MARTHA MARCIA MAY MARLENE de Sean Durkin
4. ERNEST ET CELESTINE de Stéphane Aubier, Vincent Patar & Benjamin Renner
5. NOUVEAU DEPART (We Bought A Zoo) de Cameron Crowe
6. MATINS CALMES A SEOUL (Book Chon Bang Hyang) de Sang-soo Hong
7. ADIEU BERTHE - L’ENTERREMENT DE MEME - de Bruno Podalydès
8. STARBUCK de Ken Scott
9. OSLO, 31 AOÛT (Oslo, 31. August) de Joachim Trier
10. MONSIEUR LAZHAR de Philippe Falardeau
11. AKAM de Shalini Usha Nair
12. JACK REACHER de Christopher McQuarrie
13. POPULAIRE de Régis Roinsard



1. Inoubliable. Avec 3 séances de cinéma au compteur, le film de SteveMcQueen reste ma plus grande découverte de l’année qui fut aussi celle de la prestation de Michael Fassbender, un acteur immense qui livre ici une interprétation exceptionnelle. Ce qui frappe également est la maîtrise de la mise en scène aidé par un scénario brillant qui décortique une maladie bien plus profonde que l’on croit à travers le sexe, le désir, les sentiments. Impressionnant et bouleversant. Un chef-d’œuvre!





2. Coppola qui revient au cinéma, ça ne se rate pas. Et son dernier film est assez particulier, désarçonnant. Une histoire fantastique, onirique et aussi bourré d’humour et d’originalité. Autant sur la forme que sur le fond. Presque une œuvre expérimental, personnel et intimiste. Un beau film, surprenant à plus d’un titre et totalement fascinant. Sans aucun doute le film le plus curieux de l’année. A découvrir absolument!





3. Passionnant portrait d’une jeune femme qui essaie de reprendre le cours normal de son existence après s’être échappée d’une sorte de secte. Etonnant long-métrage qui distille avec parcimonie un persistant malaise face à ce personnage dont on découvre petit à petit l’étrange comportement social. Une œuvre subtile et dérangeante avec une actrice magnifique nommée Elizabeth Olsen. 





4. Charmant dessin animé pour les tous petits, ce film est avant tout un véritable petit bonheur de cinéma. Avec une belle histoire pleine de finesse et qui possède des personnages immédiatement attachants. Et puis, formellement parlant, c’est une œuvre délicate et poétique, émouvante et qui provoque de beaux éclats de rires. Tout simplement irrésistible. Une pure merveille!





5. Une histoire vraie. Des animaux. Des bons sentiments. Ca pourrait être imbuvable et pourtant ça marche incroyablement bien. C’est très beau, très touchant et on apprécie instantanément ces personnages qu’on a envie de vivre leur formidable aventure à leurs côtés. Et puis il y a la superbe musique de Jonsi. Cette réussite revient principalement à son talentueux réalisateur mais aussi à une excellente distribution dominé par Matt Damon et Scarlett Johansson qui n’a sans doute jamais été aussi belle - et naturelle - que dans ce film. Un film à chérir précieusement!





6. Long-métrage coréen en noir/blanc fait de petits instants de vie entre une bande personnages qui se rencontrent plusieurs fois dans la rue avant de se retrouver le soir dans un bar. Il y a aussi une éphémère histoire d’amour… Tout ceci capturé avec beaucoup d’humour et de tendresse. Les aléas de l’existence capturés avec maestria par un cinéaste qui leur injectent toute la drôlerie et la magie nécessaires pour rendre l’expérience inoubliable!





7.  Comédie française qui bénéficie de l’humour décalé des Podalydès - Denis devant et Bruno derrière la caméra - , cette odyssée finalement triste qui raconte un deuil en cours est assez cocasse et surréaliste. Bourrée d’idées visuelles assez géniales, cette vision de la mort est traitée avec une belle sensibilité qui la rend à la fois très émouvante et incroyablement drôle. Et il y a une belle brochette de comédiens qui s’en donnent à cœur joie pour s‘en régaler. Un enchantement!





8. Fabuleuse comédie québécoise qui possède aussi une belle atmosphère surréaliste avec un cœur gros comme ça, rendant l’ensemble aussi tordant qu’attachant. Le charme opère également grâce à l’accent si particulier de ses personnages. Mais le mérite en revient principalement à son comédien principal, Patrick Huard, véritable vedette dans son pays. Ce film, c’est un vrai concentré d’amour qui fait un bien fou. On en ressort les larmes aux yeux et le sourire aux lèvres. Un film formidable! 





9. De Norvège, ce petit film aux images très soignées nous invite à suivre à travers une journée l’existence d’un ancien drogué qui essaie de se reconstruire. Une suite d’instants tristes, parfois malaisés ou laissant même entrevoir une issue probablement heureuse. Mais peut-on échapper à un passé qui laisse des traces indélébiles? Une œuvre impressionniste faite de douleurs, d’émotions intenses, sensorielles. Un beau film qui nous fait voyager à travers la ville d’Oslo.





10. Avec STARBUCK, voici mon deuxième coup de cœur de cinéma québécois avec ce film délicat et extrêmement touchant. Une belle histoire qui nous est raconté avec intelligence et subtilité en traitant de sujets difficiles comme l’éducation, l’immigration ou encore le deuil. Thématiquement très riche, le film est aussi visuellement splendide et possède une remarquable distribution de visages inconnus, principalement des enfants, qui sont absolument formidables. On en ressort bouleversé!





11. Vu lors du dernier festival NIFFF, cette œuvre curieuse encore bien trop méconnue car pour l’instant encore peu distribuée à travers le monde, ce film d’horreur « arty » présente une facette particulière du cinéma indien, autrement dit « Bollywood ». Ici, pas de chansons, très peu d’images sanguinolentes ou graphiquement effrayantes, mais plutôt un vrai trésor d’ambiances réellement fantastiques où une sombre histoire de démon féminin nous plonge dans la psyché contemporaine de son pays. Peut-être un peu trop languissant, le long-métrage se révèle néanmoins passionnant à suivre. Une vraie découverte!



NB : Aucune bande annonce disponible actuellement. Ci-dessous, un clip vidéo porté par une banale chanson permet néanmoins d’apprécier les images du film!




12. Cette fin d’année 2012 nous apporte une nouvelle production labellisée « Tom Cruise ». Du gros divertissement en perspective qui se révèle agréablement surprenant. Loin d’être explosif et bourré d’effet spéciaux, on a droit ici à une captivante histoire bien construite, pleine de suspense qui nous tient en haleine de bout en bout. Porté par des personnages très intéressants et campés par des comédiens convaincants. Tandis que la mise en scène sait se faire élégante, remettant aux goûts du jour des péripéties réalistes en évitant d’en faire des tonnes, efficace sans pour autant triturer ses séquences plus mouvementées d’images de synthèse. Un film « old school » qui se savoure avec délectation!





13. Le beau cadeau pour clôturer 2012 en beauté. Avec POPULAIRE c’est un vrai plaisir jouissif de replonger à l’époque de la fin des années 50 et le début des années 60 avec tout ce que cela comporte de régals visuels:  décors, costumes, accessoires, musiques, coupes de cheveux… Le film est somptueux! A cela s’ajoute une intrigue pleine de peps, légère, drôle et romanesque. C’est un régal! Et Déborah François est une révélation! A déguster sans réserve!

mardi 1 janvier 2013

MUSIQUE 2012 : TOP 12


2012. Alors 12 disques pour l’année qui vient de s’achever! Un « Top 10 » où vient s’insérer deux autres titres, juste pour le plaisir et l‘amour de la musique. Car cela serait trop réducteur de se contenter que d’une poignée de disques seulement... Mais, afin de resserrer mes goûts, voici ci-dessous ma sélection toute personnelle des œuvres qui m’auront le plus marqué en 2012.

1. FRIDAY THE 13TH PARTS I-VI by Harry Manfredini
2. THE GIRL WITH THE DRAGON TATOO by Trent Reznor & Atticus Ross
3. KIMBRA - « Vows »
4. SWANS - « Seer »
5. ANNA VON HAUSSWOLFF - « Ceremony »
6. RUSCONI - « Revolution »
7. BAT FOR LASHES - « The Haunted Man »
8. ANDY STOTT - « Luxury Problems »
9. CHAIRLIFT - « Something »
10. POSSESSION by Andrzej Korzynski
11. PATRICK WATSON - « Adventures In Your Own Backyard »
12. SOKO « I Thought I Was An Alien »



1. Il s’agit non pas d’un seul disque mais de six bandes originales regroupées dans un beau coffret. Pour ma part, il s’agit bien de l’objet musical de cette année. Bien que composée durant les années 80, la grande majorité de cette œuvre matricielle du cinéma d’horreur était inédite sur support audio jusqu‘à présent. Mis à part une sortie il y a bien longtemps de l’opus 3 chez Milan sous le titre MEURTRES EN 3 DIMENSIONS qui se contentait d’offrir quelques suites mis bout à bout, on découvre enfin la musique des six premiers épisodes de la saga dans leur intégralité. Et c’est un véritable monument d’écoute. Bien loin d’être répétitive comme on pourrait se l’imaginer en l’entendant à travers les films, la bande originale des FRIDAY THE 13TH est pourtant d’une richesse d’écriture assez phénoménale, passionnante à décortiquer, véritable travail d’orfèvre alors qu’ayant juste pour base une palette orchestrale assez limitée. Un peu à l’image d’un style proche de Bernard Herrmann avec un travail sur les cordes proprement époustouflant. Une écoute attentive est donc requise pour en saisir toutes les saveurs. Et ce coffret est une belle opportunité de réévaluer ces compositions et d’apprécier les nombreuses déclinaisons d’un thème horrifique devenu éternel!





2. Après THE SOCIAL NETWORK qui leur a permis de se faire remarquer dans le milieu de la musique de film (et également de gagner un oscar bien mérité par la même occasion), Trent Reznor & Atticus Ross reviennent au cinéma de David Fincher avec l’adaptation américaine du MILLENIUM écrit par le suédois Stieg Larsson. Et la cette bande originale 2012 est un pur chef-d’œuvre. Une composition qui coupe le souffle par son inventivité constante et ses mélodies envoûtantes. Une œuvre hautement atmosphérique qui s’étale sur près de 3 heures d’écoute (étalé sur 6 disques dans son édition vinyle!). Captivant de bout en bout! Difficile de trouver plus définitif dans le genre. C’est un disque incontournable!
 





3.  Très certainement mon album pop 2012 avec cette artiste absolument géniale en provenance de la Nouvelle Zélande et dont ces « Vows » sont un enchaînement sans temps mort de chansons pétillantes auxquelles il me semble impossible de résister. Sa voix, sa musique, son univers déjanté, tout est parfait. Et lorsqu’on sait que ses interprétations sur platine ou sur scène se complètent totalement - à voir absolument en concert! - , on est loin d’avoir encore totalement exploré le monde de Kimbra. Cela ne la rend que plus attachante. Et son disque est totalement addictif! Un véritable bonheur!





4. Dans un tout autre style, « Seer » est également une écoute indispensable de cette année. Double album (et même triple en vinyle), SWANS nous gratifie ici d’un chef-d’œuvre hypnotique incroyablement dense que l’on explore avec une fascination constante. Œuvre puissante de deux bonnes heures d’un déluge musical qui nous met à genoux devant tant de talent. Du pur frisson! Indispensable!





5. Pianiste et chanteuse suédoise, Anna Von Hausswolff nous offre avec « Ceremony » un fabuleux disque où les mélodies interprétées à l’orgue lui donne un côté majestueux, avec une touche quasiment mystique. Mais il ne se résume pas à une solennelle musique d’église puisque la voix cristalline de l’artiste s’inclus dans cette ambiance particulière rendant le disque aussi magique qu’unique.





6. Autre style délicieusement étrange avec cette formation de jazz très accrocheur en provenance de Suisse. Loin d’être classique dans son style, ces arrangements musicaux sont des petites pépites extrêmement travaillées. Un groupe qui mériterait une plus large exposition sur la scène musicale. A découvrir absolument! D’autant plus que leur album est en écoute intégrale sur leur site.





7.  J’écoute BAT FOR LASHES depuis ses débuts mais je crois bien qu’avec ce nouvel album, l’artiste a atteint son sommet avec cette œuvre plutôt intimiste qui touche directement au cœur. Son univers poétique, toujours là, est devenu plus poignant et émouvant. Les textes sont magnifiques, la voix réconfortante, on a l’impression d’être chez soi. Une écoute qui fait un bien fou et une chanteuse qu’on a immédiatement envie de serrer dans nos bras, très fort, et ne plus jamais la lâcher…





8. La pochette est sublime. Le titre de l’album est intrigant, tout comme les premiers accords minimalistes qui nous ouvrent les portes d’un univers sombre où une techno lente et attractive s’immisce en nous. Il n’y aura qu’un filet de voix féminin pour apporter un peu de lumière à ce disque pesant mais ô combien fascinant.  Grande découverte!





 9.  Electro pop légèrement expérimentale avec une bonne dose d’ambiances sonores héritées des années quatre-vingt qui pourraient lui donner un côté rétro un peu kitsch mais qui, au contraire, lui donne un côté plutôt moderne et très énergique. Le disque est une perle musicale avec à chaque fois des mélodies et des refrains très entraînants. C’est un vrai régal d’écoute. Pour « I Belong In Your Arms », le duo nous gratifie même d’une version japonaise très cool que je rajoute un peu plus bas, ci-dessous. Enjoy!







10. Plus de 30 ans après la sortie du film de Zulawksi, voici enfin que sort la bande originale de ce classique surréaliste du cinéma d’horreur. Un mixage fabuleux d’ambiances électroniques, d’un thème disco inoubliable, de triturations symphoniques schizophréniques... L’ambiance bizarroïde de l’intrigue affecte totalement cette partition très spéciale et enivrante. Merci à l’éditeur Finders Keepers d’avoir finalement exhumé ce trésor!





11. Disque très cinématographique où chaque nouveau morceau nous raconte des histoires aux tonalités qui semblent parfois empruntées aux westerns; donnant ainsi une coloration très contrastée porté par cette douce et lancinante voix masculine qui nous place constamment en apesanteur. Un album qui fait réellement voyager et qui nous emporte vers un horizon mélodique d’une incontestable beauté. Une merveille en provenance de Montréal. A mettre dans toutes les oreilles!





12. J’aime la douceur planante qui se dégage de ce disque. Ce sentiment ouaté, cette fragilité dans la voix et surtout cette beauté un peu enfantine qui se dégage de ces chansons.  Il se promène une belle âme dans cette folk épurée que je pourrais écouter sans fin.  Comme un disque de solitude qu’on emporte avec soi.

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter