mercredi 2 octobre 2013

ANGOISSE SUR LA LIGNE


Ruggero Deodato, célèbre réalisateur du fameux CANNIBAL HOLOCAUST a une filmographie fascinante. Alternant les projets fous, le cinéaste a réalisé quelques-unes des pellicules les plus marquantes de son époque; pour le meilleur et pour le pire. Dans le lot, il y a ce long-métrage particulier : MINACCIA D'AMORE (1988). Connu également sous le titre français ANGOISSE SUR LA LIGNE ou encore DIAL:HELP pour son exploitation internationale.

Il oublie ici les anthropophages pour se consacrer à un thriller horrifique, à mi-chemin entre une ambiance plutôt spéciale qui emprunte autant au  giallo qu'au téléfilm érotique. Dans une intrigue assez improbable, la sensuelle Charlotte Lewis est victime d'un fantôme amoureux. Celui-ci prend possession des appareils téléphoniques pour harceler sa proie! Ainsi, on y suit les pérégrinations d'une jeune femme aux prises avec un téléphone possédé que la belle envoûte bien malgré elle, au-delà du raisonnable... Ainsi, Deodato met en boîte de nombreuses séquences "out-of-this-world" comme ce moment où l'actrice se décide à exciter le téléphone en se baignant dans sa salle d'eau; tout en prenant le temps de s'afficher au préalable en tenue sexy et hauts talons avant de s'immerger de manière suggestive dans l'eau de sa baignoire.

Dans les moments les plus fous, il faudra aussi retenir cette scène d'amour où la victime se retrouve bien malgré elle dans une forme de coït avec l'appareil de communication après que ce dernier s'en soit prit à elle avec le combiné qui se met à souffler du vent! Une scène d'amour farfelue assez hallucinante, grand moment de cinéma "autre", tel que le 7ème Art nous en offre si rarement!




Avec ANGOISSE SUR LA LIGNE, Ruggero Deodato aura certainement réalisé son film le plus dingue en dépit du bon sens, démontrant à travers une succession de moments sérieusement décalés des péripéties particulièrement jouissives : poursuites dans les transports publics, agressions sexuelles, soumissions, tentatives de meurtres, assassinats, sentimentalisme d'outre-tombe... Du surréalisme à haute dose, il faut le voir pour le croire.

Piètre actrice mais véritable bombe sexuelle à l'écran, c'est la comédienne Charlotte Lewis qui interprète ici le rôle d'un top-model persécuté jusqu'aux limites de la folie par un téléphone. Le réalisateur offre un spectacle assez étonnant, tirant parti du physique avantageux de son actrice principale pour un résultat qui détonne! La bande sonore, composée par Claudio Simonetti, l'un des Goblins officiant régulièrement chez Dario Argento, nous régale d'une musique bien en accord avec l'ambiance très années quatre-vingt du long-métrage. Gratifiant même cette ANGOISSE SUR LA LIGNE d'une chanson très à propos avec ce "Baby Don't Answer". Décroche, chérie!

Des moments bien compilés dans ces deux vidéos musicales savamment orchestrées qui nous font replonger avec délice dans les moments les plus incroyables de cette histoire!







En bonus, une annonce assez spéciale pour la sortie en VHS du film. Pour l'achat de 2 copies d'ANGOISSE SUR LA LIGNE, le client avait la possibilité de recevoir gratuitement... un téléphone Pierre Cardin! Allô! Allô!...

1 commentaire:

  1. ...C'est peut-être pour cela que Charlotte a "piraté" le téléphone de Polanski pour le faire chanter !(joke) ,à part ça ;dossier impec. pour un film qui fait envie.

    RépondreSupprimer

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter