lundi 16 septembre 2013

Souviens-toi... ZARA WHITES






En y repensant "durement", cette hollandaise est probablement l'un des mes plus forts fantasmes pornographiques de mon adolescente. Et c'est bien elle qui a occupée mes nuits à cette époque, regardant en douce ses films alors que n'ayant pas encore le "droit"... N'étant pas particulièrement excité par ses performances tout de même assez remarquables - première introduction au sexe anal avec Rocco Siffredi - Zara fut tout d'abord un visage qui me fascinait avant de faire attention à la beauté de son corps, ses jambes infinies, ses petites fesses à croquer... Elle incarnait un idéal féminin que son intense appétit sexuel allait rendre d'autant plus rêveur...

Comme ce fut le cas de bon nombre de ses partenaires féminines, c'est le réalisateur Andrew Blake qui lui rendit le plus beau des hommages en sublimant ses atouts dans ce qui peut être considéré comme l'un de ses chefs-d'oeuvres : HOUSE OF DREAMS, film dans lequel elle partage une séquence SM particulièrement excitante avec la non moins ravissante Raven (Vicky Vickers) qu'elle retrouvera quelques années plus tard dans un autre incontournable du genre, le fameux CURSE OF THE CAT WOMAN. Véritable icône sexe de son époque, elle sort le porno de son ghetto et s'affiche un peu partout : à la radio, dans des émissions télévisées, dans la presse. C'est d'ailleurs dans les journaux que cette actrice colorie les images coquines de couleurs très années 80 qui leur donnent une délicieuse ambiance kitsch du plus bel effet. Les amateurs de cette époque ne peuvent que se régaler devant ces photos. De ces films durant les années 90, où l'époque glorieuse commence à subir un sérieux déclin de qualité de plus en plus significatif, on retiendra surtout RÊVES DE CUIR. C'est le classique introspectif qui parle aux amateurs de VHS pornographiques où la barrière du monde entre fantaisies et réalité devient de plus en plus floue. Il reste une merveille dans son approche surréaliste et initie le spectateur aux joies (si je puis le dire ainsi!) du sado-masochisme. Et puis il reste cette séquence hallucinante où Zara Whites se met à genoux devant sa TV pour sucer et dégorger des queues cathodiques qui surgissent de l'écran!

Au-delà, il y bien sûr ces nombreuses séquences en compagnie de Rocco Siffredi qui l'explora de tous les côtés et de toutes les façons imaginables. Un couple "hot" particulièrement prenant qui montait inévitablement le niveau des productions bas de gamme d'où ils étaient extraits. Et puis évidemment la rencontre avec son compagnon d'alors, Roberto Malone, l'homme au sexe épais et diablement veineux qui lui prodigua nombreux orgasmes spectaculaires sur vidéos. Pour la suite, une fois la porte refermée sur le monde du porno, alors qu'elle s'engage sur la série télévisée JOY et son érotisme mondain façon M6; qui est largement moins passionnant à suivre que le plus mauvais des films de Joe D'Amato, il faudrait mieux l'oublier (ainsi que la suite de sa carrière) au profit de son passage très remarqué durant la dernière décennie du 20ème siècle, période nostalgique où elle était plus bandante que jamais!










































En bonus :


Après la pub sans équivoque qui donne à nouveau des envies nostalgiques de se remettre au Minitel, voici Zara et une de ces "copines" pour une séance photographique tout ce qu'il y a de cinématographique. L'accessoire ultime, la superbe et conséquente caméra vidéo pour filmer autre chose que "des fruits et des légumes. Il y a d'autres fruits bien plus juteux". Enjoy!
Et un grand "Merci" aux Rétro-Galeries de Mr Gutsy pour ce bonus très appréciable!





6 commentaires:

  1. Merci !!! Les 4 photos sur fond jaune, qui ouvrent le post sont magnifiques !! Génial !

    RépondreSupprimer
  2. J'espère que ça te donnera envie de découvrir certains de ses films.
    Et merci encore à toi pour le "bonus"! :)

    RépondreSupprimer
  3. Ah mais j'en ai vu quelques-uns déjà. Une petite dizaine je dirais.
    Les derniers en date : "Lady Vices", "Zara la Magnifique" et le fameux "Curse of the Cat Woman". Danke Schön pour le lien !

    RépondreSupprimer
  4. Dernièrement, dans mon grenier, j'ai retrouvé des vieilles VHS de ses films. C'est toujours émouvant de retrouver ces supports d'épanchements sexuels. Et les jaquettes toujours très séduisantes. Avec elle, pas de risque! Et puis, RÊVES DE CUIR, c'est toujours quelque chose...

    RépondreSupprimer
  5. "Rêves de Cuir" - et sa fameuse affiche où elle prie habillée SM - avait été sélectionné par....les Cahiers du Cinéma, pour "la parfaite vidéothèque en 100 films" (dans un numéro spécial de la revue). C'est comme ça que je l'ai d'ailleurs découvert il me semble bien... Le numéro trainait chez mes parents^^

    RépondreSupprimer
  6. J'ai ce fameux numéro des "Cahiers". Un excellent choix de leur part.

    S'il fallait choisir un porno préféré, ce serait probablement celui-ci... avec L'ENFER POUR MISS JONES avec Georgina Spelvin. Un autre incontournable!

    RépondreSupprimer

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter