jeudi 19 septembre 2013

L'Art du DRACULA 3D

DRACULA. Par Dario Argento. Depuis plusieurs années déjà, le maestro du giallo est clairement sur la pente descendante avec ses œuvres les plus récentes qui peinent à tenir la comparaison avec la flamboyance de son cinéma des débuts. Avec ce dernier film, une énième adaptation du plus célèbre des vampires, le réalisateur a commis un long-métrage totalement "autre" qui a dû consterner plus d'un spectateur, fan de cinéma de genre ou fidèle admirateur du monsieur qui s'obstine à être toujours présent derrière la caméra.

De mon côté, après de mûres déceptions autour de ses derniers travaux, j'ai apprécié cette revisitation de loin pas essentiel mais qui représente pour votre chroniqueur une pellicule improbable et déglinguée. Visuellement, c'est assez la fête. Notamment grâce à la 3D qui lui permet d'utiliser l'effet tridimensionnelle d'une manière à renforcer l'impact de certaines actions avec grande efficacité, voire même d'ajouter une profondeur assez surprenante à de longues séquences atmosphériques. Dans le style foire d'effets, c'est tout de même assez prodigieux de générosité. Comme durant sa grande époque, Dario Argento semble s'amuser à expérimenter des petites choses, s'attarde sur certains détails de ses décors, joue avec les couleurs ou encore se lâche dans le gore... Tout ceci pour un spectacle plutôt étonnant dans ses partis pris, autant esthétique que du choix de ses comédiens, ce qui lui donne un persistant côté décalé sans pour autant virer dans la parodie. Ici, on est plutôt dans une grande bizarrerie naïve et surréaliste qui peut se transformer progressivement dans l’œil de l'amateur éclairé en spectacle agréable et parfois même assez touchant. Pour cela, il faut peut-être mettre de côté son cynisme, ses préjugés sur le cinéma passé et actuel d'Argento et savourer quelque chose de "différent", à défaut d'utiliser à bon escient le mot "originalité".

Dès l'annonce de son projet de faire un DRACULA 3D, Argento et son équipe s'est fait rire au nez. Les blagues - pas forcément très drôles - affluant de toutes parts alors que le film n'était même pas sorti. Aujourd'hui encore, il continue de faire tranquillement son chemin, sortant en DVD voire même en Blu-Ray un peu partout dans le monde. C'est ainsi donc que continue, avec les premières affiches du film au Festival de Cannes l'an passé, une campagne promotionnelle pour vendre son produit. Et là, quantité de visuels, tous plus farfelus les uns que les autres s'affichent.

Les infographistes et autres créateurs visuels semblent aligner les fautes de goût, les collages délirants, les dessins qui subliment ou au contraire rendent encore plus grotesques ce qu'ils sont censés représenter. La dernière en date (qui trône au début de la galerie ci-dessous) est magnifique et particulièrement séduisante et servira pour la campagne de sortie du film sur support vidéo aux Etats-Unis. Autant dire que les curieux risquent d'être sévèrement déçus s'ils s'imaginent un film aussi visuellement somptueux que les créateurs de l'affiche semble suggérer. C'est tout l'art du poster qui, grâce à son projet sans doute le plus fou de sa carrière, Argento redonne tout à coup une fièvre à l'imaginaire à travers des idées visuelles culottées.

Même si parfois aux bords du ridicule, l'incroyable campagne d'affichage mondiale autour de DRACULA 3D atteste d'une certaine vivacité créative parmi les plus follement originales de ces dernières années. Et dans la sélection faite ici, on y retrouve un charme désuet qui s'est hélas perdu avec le temps. Il est peut-être "chic" de se moquer et de dire que "c'est nul". Personnellement, je les apprécie à différents degrés. En évoquant les couvertures de romans de gare, assemblage racoleur, vieille imagerie façon "CD-Rom" à deux sous, effets "chocs" faciles pour de la sensation bon marché, le film DRACULA 3D fait donc ainsi parler de lui plus que jamais. En bons termes ou non, cela donne forcément envie de voir le résultat final, non? Et ces posters, qu'on les considère réussis ou ratés, auront donc accompli leur(s) effet(s)! Et c'est très fort! Et me redonne même l'envie de découvrir à nouveau cette oeuvre qui n'est finit plus de délivrer un charme rare. Et j'en suis presque sûr d'y prendre à chaque fois un plaisir encore plus grand. Savourez les affiches, elles sont bien plus exquises que vous ne le pensez!







2 commentaires:

  1. ...Je prend la première et la six,merci ! Très bonne idée de faire une galerie d'affiches pour un seul film . Pourquoi ne pas étendre le concept aux posters parus dans le monde ? Une image de "Dracula 3D " japonaise,par ex. En tout cas,bravo !!!

    RépondreSupprimer
  2. J'aurais bien aimé rajouter des posters du film en provenance de Pologne ou du continent africain et du Japon bien entendu! Mais il ne me semble pas que DRACULA 3D ait été exploité un peu partout dans le monde. Faut attendre d'éventuels sortis DVD/Blu-Ray pour peut-être trouver des autres jaquettes/affiches. J'adorerai voir ce que ces pays feraient avec un film pareil.

    La 1ère de cet article a été faite spécialement pour la sortie vidéo du film aux USA. Sans doute d'autres viendront par la suite. Je ne manquerai pas de signaler ça dès que je trouve quelque chose. A surveiller, donc! :)

    RépondreSupprimer

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter