vendredi 8 février 2013

HOMMAGE A JOHN CARPENTER

Dans le cadre du festival Antigel à Genève en Suisse, le mois de février aura permit aux amateurs de musiques électroniques de films d'avoir la joie de participer à une soirée incontournable en hommage à John Carpenter. Le fameux réalisateur américain dont l'impressionnante filmographie comporte de nombreux classiques du cinéma fantastique et de l'épouvante était donc à l'honneur ce jeudi soir au Casino Théâtre de la rue de Carouge 42. Investissant ce qui est sans doute la plus belle salle de la ville avec son gigantesque balcon au style baroque, ce soir-là on vénérait avant tout le travail de musicien du fameux cinéaste.


A travers ses nombreux films, Carpenter nous a souvent gratifié de mélodies incontournables à travers des thèmes et nombre d’ambiances hypnotiques qui participent pleinement à l’expérience de cinéma proposé par ce géant du 7ème Art. Derrière le talent de cet homme se cache aussi dans l’ombre un artiste souvent oublié mais indispensable à la grande réussite de ces chefs-d’œuvres. Il s’agit d’Alan Howarth, fidèle complice qui, depuis NEW YORK 1997 (Escape From New York)  en cette année 1981 participa aux pulsions rythmiques qui accompagnent les aventures de Snake Plissken.

C'est donc le travail d’Howarth, en filigrane, qui est célébré à travers l’événement musical de ce soir avec en préambule d’un concert qui s’annonce dantesque une conférence dans une ambiance intimiste sur le devant de la scène où cet incroyable bonhomme parle de sa carrière. Non pas seulement en tant que collaborateur privilégié de John Carpenter mais également en tant qu’artiste complet dans le domaine du son, ayant travaillé sur un nombre assez important de productions cinématographiques comme créateur d’effets sonores sur des films très diversifiés allant des longs-métrages de la saga de STAR TREK jusqu’à des œuvres somptueuses comme le BRAM STOKER’S DRACULA de Francis Ford Coppola. Un véritable artisan ayant accompli quantité de prouesses absolument remarquables. Un grand bonhomme, donc!




Et ce soir, celui-ci est principalement là pour nous rappeler l’excellent travail réalisé à travers l’univers de John Carpenter, accompagné par une poignée d’autres artistes qui sont également là pour rendre un long et brillant hommage au musicien cinéaste et à son univers sonore particulièrement soigné à travers une série de morceaux anthologiques. Venu spécialement à Genève à cet occasion, le jeune Umberto, revivaliste sous influence carpenteriennes nous replonge dans une ambiance sonore digne des années quatre-vingt avec son univers qui lorgne autant du côté du fameux réalisateur de LA NUIT DES MASQUES (Halloween) mais qui tire aussi bien ses influences des œuvres de Dario Argento et de la musique des Goblin. Son disque « Night Has A Thousand Screams » ayant de quoi provoquer une fièvre musicale irrésistible. Planqué derrière son ordinateur portable, l’artiste n’est pas à proprement parler très intéressant à voir sur scène mais compense son manque de prestation scénique par la projection d’une bande vidéo en arrière plan qui mélange quantité de séquences de films fantastiques et d’horreur, comme un gigantesque pot-pourri d’images chocs, déviantes et surprenantes qui comblera d’aise les amateurs du genre. Une sorte de ciné-concert de presque une heure qui ouvre les festivités et nous met carrément en appétit pour la suite!


On pénètre réellement dans le vif du sujet lorsqu’après une courte pause, le temps de mettre en place une scène bondée d’instruments électroniques, pour enfin s’imprégner des structures synthétiques d’Alan Howarth. Une performance impressionnante que l’artiste présente sous la forme d’un fabuleux « best of » de thèmes mémorables. Alignant des œuvres incontournables comme ESCAPE FROM NEW YORK, HALLOWEEN II, HALLOWEEN III : SEASON OF THE WITCH, CHRISTINE, BIG TROUBLE IN LITTLE CHINA, PRINCE OF DARKNESS, THEY LIVE ou encore quelques nappes synthétiques échappées des séquelles de HALLOWEEN 4 : THE RETURN OF MICHAEL MYERS et HALLOWEEN 5. Howarth ira même jusqu’à jouer ses propres réarrangements de la composition d’Ennio Morricone pour son fameux THE THING! L’hommage à Carpenter est copieux. Il n’y a qu’un mot, c’est monumental!















 


Mais le spectacle est encore loin d’être fini. Après plus d’une heure en compagnie d’Alan Howarth, la suite du concert invite à rejoindre sur scène Zombie Zombie, un tandem électro-rock français qui a sa place sur scène car titulaire d’un mini-album baptisé Zombie Zombie Plays John Carpenter. Le groupe voue une telle admiration au cinéaste/musicien célébré ce soir qu’il se joint à la fête pour une superbe revisitation de son univers en compagnie de son plus proche collaborateur. Il y a du synthé, bien sûr, mais aussi des percussions en bataille via un batteur exceptionnel qui complète les partitions en lui donnant une énergie inédite. Ainsi, c’est un véritable plaisir de redécouvrir notamment la musique de ASSAULT ON PRECINCT 13 qui nous donne immédiatement envie de revoir le film! Cette dernière partie de concert, hypnotisante à souhait, est finalement l’occasion de terminer sur un gros morceau de bravoure où Alan Howarth déboule de derrière ses claviers pour s’afficher en premier plan armé d’une guitare électrique pour un ultime morceau anthologique!





Il n’est pas loin de minuit. C’est quasiment à genoux que l’on se prosterne devant ses dieux de la musique électronique qui ont offert à leur audience un concert de pratiquement 3 heures absolument géniales. La soirée fut un grand succès. Dès la fin des festivités, il y a encore l’opportunité de croiser Alan Howarth en train de vendre les disques de ses bandes originales co-écrites avec John Carpenter. Une occasion de compléter sa collection, d’acheter quelques partitions rarissimes comme celles d’ESCAPE FROM NEW YORK et aussi de choper une signature sur des disques par le maestro lui-même. Une occasion trop belle pour votre chroniqueur d’acquérir finalement l’édition CD 30ème anniversaire de la sortie de HALLOWEEN II. Comme ceci, je repars avec un souvenir signé de la soirée et de la musique plein la tête!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter