vendredi 5 octobre 2012

BIMBOS VERSUS CHATONS TUEURS

BIMBOS VERSUS CHATONS TUEURS de Thomas Mathieu



Prélude sexuel bien gore où juste après s'être goulûment régalé de la foufoune d'une chaudasse petite blonde, l'amant trouve bêtement la mort après avoir glisser malencontreusement sur de la pisse de chat dans la salle de bain de ce coup d'un soir. Accident ou...

Ainsi débute cette bande dessinée colorée qui fait honneur à un regroupement de pétasses superficielles : Anaïs, Acacia, Ambre et Arielle. Quatre nanas de la vie de tous les jours, soignant davantage leur peau et leur look que de prendre le temps d'avoir des conversations intelligentes, s'échinant à ne parler que de fringues, shopping, maquillage et sexe. Carl, c'est l'infortunée victime qui draguait Anaïs sur internet. Celui qui lui avait envoyé une carte parlante avec un castor "Kawaï" pour la mettre dans son lit... On voit comment il a fini. Mais tout ceci n'a pas grande importance, puisque la conversation se focalise sur le grand événement qui va ponctué cette belle la journée. Sans se douter que son adorable petit félin Chouchou vient subitement d'être atteint de folie meurtrière, elle se rend avec son matou à la "Kitten Fest", une foire aux chatons de Bruxelles en compagnie de ses amies. Très vite, le maléfice contamine les autres chats, les attaques s'enchaînent et les morts tombent par centaines...



Une BD en forme de série Z? Oui, complètement. Le titre annonce d'emblée le programme. Amis du bon goût, il va falloir passer votre chemin car là on est plutôt dans l'hommage assumé au cinéma horrifique à tendance trash avec une bonne dose d'action et du gore - un peu de sexe aussi...  Le tout emballé par des dialogues ciselés. La sortie culturelle entre pouffes ne tarde pas très longtemps à gravement dégénérer. Ici, pas le temps de mater de la mémé qui se balade avec leur minou poilu ou encore l'arrivée vrombissante de Kitty C, une starlette de la chansonnette à la silhouette féline qui ne se sépare jamais de son casque à moto suite à un accident qui l'aurait apparemment horriblement défigurée. Entre les loges d'habillages pour les animaux et les parcs de jeux pour ces petites bêbêtes, il y a tout loisir pour les dizaines de chats tueurs d'attaquer leur public. Ce qui commence par de banales griffures, prend très vite des proportions de catastrophe épouvantable digne d'un film de zombies. Bras arrachés, jambes déchiquetées, le sang gicle à tout va et les chats se régalent de tripes humaines. Le "body count" s'emballe et c'est déjà la panique la plus totale!




Si BIMBOS VERSUS CHATONS TUEURS débute comme un récit décomplexé un peu bête, la suite de l'histoire vire au "survival" flippant dans la pénombre, les pages noircies par Thomas Mathieu s'efforçant de rendre une atmosphère tendue où l'angoisse gagne chaque nouvelle case. Les survivants se regroupent, tâchent de s'en sortir, font des mauvais choix, s'engueulent et autres crises de nerfs... L'horreur atteint son comble lorsque Kitty C révèle sa vraie nature profonde de "freak" intégral. Mais les bimbos ne vont pas en rester là. Si les mecs se débinent et chient dans leur froc, les pétasses décident clairement de se reprendre en mains et de combattre frontalement la menace... non sans se refaire une beauté.  C'est parti pour l'affrontement final!



Scénario basique, mais d'une grande efficacité. Cette BD d'horreur met en avant des personnages féminins de prime abord plutôt insupportables qui seraient en définitive les vraies victimes de ce genre d'histoire. Mais ici, aussi superficielles qu'elles soient, les copines décident de vendre chèrement leur peau dans un combat qui emprunte autant à l'atmosphère de LE RETOUR DES MORTS-VIVANTS qu'à l'humour corrosif d'un GREMLINS. Le ton est décalé mais sans pour autant virer à la gaudriole pure. Le récit reste léger et décomplexé sans pour autant devenir parodique ou trop comique. Le fond déconnant n'empêche pas une mise en forme sérieuse des clichés inhérents au genre, comme dans toute forme d'invasion dangereuse dans un lieu clos. La leçon apprise par le maître en la matière, George A. Romero, trouve ici un nouvel écrin pour une histoire sans temps mort, alignant les cadavres à un rythme soutenu et ne s'embarrasse d'aucune subtilité.  Violent du début à la fin avec ces bimbos qui n'épargnent personne; c'est une véritable fête du gore que l'on lit avec le sourire aux lèvres. 

Un deuxième volume est prévu. Les bimbos partent en vacances et se retrouvent aux prises avec des dauphins mangeurs de chair humaine. Tout un programme. Après les chats, Thomas Mathieu s'attaque à une nouvelle forme d'animaux à priori tout mignons. Mais il faut se méfier des apparences, comme on dit... Tout comme les bimbos, quoi! Derrière le maquillage et les fringues sexy, se terre dans ces BD des femmes qui semblent nous dire "J'suis belle. Faut pas venir m'emmerder!". Dis comme ça, avec un parasol dans les mains, on aurait presque envie de les prendre dans nos bras! Presque...


5 commentaires:

  1. Chat alors!!!!
    Dans le style porn gore Tex Avery "squeak the mouse" de Massimo Mattioli ....

    http://vimeo.com/2852412

    "Bimbos versus dauphins mangeurs de chair humaine"
    j'en bave d'avance.
    merci pour l'info.....

    RépondreSupprimer
  2. Miaou!
    Merci pour le lien! :)
    Pour la deuxième BD gore de Mathieu, j'espère que ça sortira un jour car l'annonce date quand même d'un bon moment déjà! Mais comme c'est de la bande dessinée un peu "underground", je m'inquiète pas que ça prenne si longtemps avant d'être édité. Me réjouis aussi! Et puis j'espère qu'il y aura des bimbos qui boufferont du dauphin aussi (vivant, en plus!) ! L'un dans l'autre, ça serait cool! :)

    RépondreSupprimer
  3. Coucou !
    En fait l'éditeur a fait faillite, donc il faut que je retrouve un repreneur pour le tome 2. Ouch. Mais j'essaie encore je perd pas espoir.
    En attendant, j'ai une autre BD qui sort en février qui s'appellera "AAAAAAAAH ma copine est une extra-terrestre (et j'ai presque plus de capotes)" ça pourrait vous plaire.

    RépondreSupprimer
  4. J'aurais sans doute quelques exemplaire pour la presse, écris-moi à sadrasite@yahoo.fr
    (et merci pour la critique, ça fait bien plaisir)

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ces news, Thomas! J'espère que tu trouveras rapidement un autre éditeur pour ton histoire de dauphins!

    Pour ce qui est de ton autre BD, rien que le titre fait déjà envie! Vivement qu'on puisse la lire...

    Je viens de t'envoyer un petit message. :)

    RépondreSupprimer

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter