dimanche 19 février 2012

LES DENTS DE LA MORT

LES DENTS DE LA MORT (Red Water) de Charles Robert Carner (2003)

Dans une rivière de Louisiane, des raffineurs explorent un site de pétrole, alors que des escrocs tentent de repêcher 3 millions de dollars. Mais un requin d’eau douce affamé compromet quelque peu les plans…

J’aime les films avec des requins, aussi « cheap » que soit ce type de productions. Celle-ci n’est bien évidemment pas à placer parmi les meilleurs dans son genre mais se laisse toutefois agréablement suivre. Prioritairement grâce à une belle distribution de « has been » avec le trio gagnant parfait : Lou Diamond Philipps, Kristy Swanson et Coolio! Comme résister face à un tel casting?

Mais ce RED WATER n’est de loin pas aussi bête qu’il en a l’air, on n’est pas dans le même niveau de bêtise qu’un SHARK ATTACK! Le scénario du long-métrage est ici un petit peu plus élaboré que la moyenne en faisant se croiser deux intrigues parallèles tout en essayant de développer au mieux ses personnages principaux, même si ceux-ci restent des clichés ambulants particulièrement hilarants. Lou Diamonds Philipps dans celui de l’homme torturé par une erreur passée; Kristy Swanson dans celui de l’ex-femme volontaire qui n’arrête pas de tourner autour de son ancien mari; Coolio dans celui d’une petite frappe à deux balles… Un rôle que ce dernier n’arrive nullement à crédibiliser tellement il se vautre dans le ridicule avec ses tenues inappropriées et bien trop « flashy », tandis que le summum de l’improbable reste une coupe de cheveux si ignoble qu’elle est totalement indescriptible! On aurait dû lui dire qu'il n'était pas dans un clip de rap! Bref, tout ceci apporte son lot de petits instants rigolos.

Au milieu du long-métrage, on nous offre aussi une petite escale touristique en pays cajun avec son lot de rednecks en chemises à carreaux et musique country à gogo! On se croirait presque en terre de DELIVERANCE s’étonne un protagoniste. « T’inquiètes, je pense pas qu’ils te feront couiner » nous rassure Lou Diamond Philipps!

Mais le meilleur dans ce film réalisé pour la TV, cela reste les attaques répétées d’un requin « bulldog » qui officie dans les eaux douces et qui s’illustre ici la plupart du temps en images de synthèses ratées et qui, curieusement, ne font pas dans la démesure habituelle; ce qui aurait fait passer cette aimable série B pour un pur produit Z. On nous offre des moments de frissons bon marché mais qui restent efficaces pour qui sait s‘amuser devant la ringardises de ces effets, l’ensemble étant tout de même ponctuées par quelques belles séquences explosives sur une plateforme pétrolière que le réalisateur n’hésitera pas à faire péter à plusieurs reprises. Ainsi, la dernière partie du long-métrage qui ressert les enjeux et essaie de se faire un peu plus nerveuse, se révèle la plus intense et remplit son quota de petits morceaux de bravoure forcément bourré d’incohérences mais qui restent hautement jouissifs; dont une séquence particulièrement réussie dans la mise à mort de la bêbête!

Au final, il est bien évident que LES DENTS DE LA MORT se révèlent davantage amusantes que terrorisantes ; difficile de prendre tout ceci très au sérieux comme la plupart des protagonistes de cette aventure. On saluera aussi l’effort d’avoir essayer d’offrir un spectacle différent avec un squale qui sévit dans un fleuve et non pas dans la mer et qui - passée une séquence introductive en guise d’hommage aux DENTS DE LA MER de Spielberg - n’attaque plus des nageuses en bikini, mais principalement des hommes à la recherche d’un trésor ou encore des raffineurs dérangés en plein travail.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter