mardi 24 mai 2011

MINUIT A PARIS

MINUIT A PARIS (Midnight In Paris) de Woody Allen (2011)

Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.

C'est le film de Woody Allen que j'ai préféré depuis... VICKY, CHRISTINA, BARCELONA mais, au final, c'est n'est pas suffisant pour que je trouve qu'il s'agisse d'un bon film. L'idée de départ est sympathique, spécialement en ce qui concerne les ballades nocturnes du personnage incarné par Owen Wilson qui trouve là sans doute l'un de ses meilleurs rôles. Mais au-delà de cela, le film ne me plaît pas vraiment... C'est à nouveau une "lettre d'amour" de l'Amérique pour la France fantasmé avec tout ce que cela peut comporter de clichés. Mais ce n'est pas là le problème, car Woody sait bien faire passer pilule même si tout ceci est quand même relativement banal. Difficile de s'en émerveiller comme pourrait le faire des gens qui ne connaissent pas Paris au-delà de son aspect "carte postale".


Venant en au fait, les "nuitées" parisiennes et sa dimension fantastique. La grande question du film c'est "que se passe-t'il donc à Minuit à Paris?". Je ne donnerai pas la réponse pour ne pas gâcher la surprise même si celle-ci est facile à deviner après presque 10 minutes de long-métrage.

Owen Wilson va faire nombre de rencontres à ce moment-là, basculant dans un surréalisme amusant mais guère convaincant au-delà d'un aspect très théâtre de boulevard. C'est rigolo cinq minutes avant de devenir rapidement lassant car le schéma se répète sans grandes variations nuit après nuit. Mais c'est toujours un petit plaisir très bref d'y découvrir nombres de "personnalités" venus faire un caméo qui, malheureusement ne va pas vraiment plus loin qu'un simple clin d'oeil au passé "arty" de Paris. Après, l'intrigue se noue autour d'un triangle amoureux assez lassant avec Marion Cotillard en jeune amoureuse transie... Ah, Paris! (soupirs)... On en baillerai presque d'ennui. Même l'humour si cher à Woody Allen a ici bien de la peine à prendre (en dehors de quelques moments irrésitibles, notamment avec Adrien Brody), mais tout ceci est bien léger et son intrigue finalement guère palpitante non plus.

Les nuits parisiennes se montrent donc sans réelles surprises si ce n'est son ambiance "vieille époque" qui ne manque certes pas de charme mais qui n'arrivent pas non plus à nous hypnotiser comme c'est le cas pour son protagoniste principal. Dommage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter