jeudi 12 mai 2011

LES DIX JAPONAIS


« Je me suis possédée entre les jambes, les genoux et le sexe des hommes et, fragile, je leur mangeais leur vie. J'arrivais à Marseille en pleine lueur à la fin d'avril, résolue à trouver une place de serveuse... »

Sorte de journal intime où une femme, sur un ton léger qui semble découler de l'enfance, l'auteure raconte ses déambulations amoureuses à travers dix hommes qu'elles rencontrera au détour de ses journées et nuits qu'elle passe dans une ville de marins. Le style est directe et plutôt agréable à lire, toutefois sans être transcendant. La subversion de ses écrits fut néanmoins censuré à l'époque de sa sortie, en 1970. Aujourd'hui, on peut encore déceler par-ci par-là une forme de poésie moite dont la meilleure partie relate des souvenirs d'un professeur avec qui la narratrice à eu plus que des leçons particulières. L'envoûtement érotique générée par ces quelques pages rattrape l'entier d'un roman finalement assez classique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter