samedi 7 mai 2011

Eye Candy : SOLEDAD MIRANDA

Parmi les comédiennes qui appartiennent à mon "Paradis du 7ème Art", je pense que ma préfèrée entre toutes doit bien être Soledad Miranda. La muse du réalisateur Jess Franco qui fut foudroyé en pleine ascension lors de son 31ème anniversaire (un accident de voiture) resterant pour toujours la beauté fulgurante et vénéneuse de films tels que VAMPYROS LESBOS, ELLE TUE DANS L'EXTASE (Sie Tötete In Ekstase) et LE DIABLE VENAIT D'AKASAVA (Der Teufel Kam Aus Akasava); trois sommets dans la carrière de son auteur, sortis durant l'année 1971.

La beauté de ses traits, son regard envoûtant, son ingénuité, son allure érotique... Soledad Miranda était une personnalité troublante dont l'image qu'elle reflétait sur l'écran de cinéma la métamorphosait en personnage(s) inoubliable(s). Franco avait bien compris le potentiel très particulier de la jeune femme et la sublimait comme jamais, la rendant tout simplement éblouissante à chacune de ses apparitions. Il suffit de l'avoir devant nous, que ce soit dans un film ou sur photos, Soledad Miranda reste l'incarnation parfaite d'un fantasme indéfinissable qui n'a pas finiti de nous hanter. Enjoy!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter