mardi 19 avril 2011

Concert : WILLIAM TYLER (USA)



Retour au Bourg. Un de mes endroits préférés de Lausanne. Parfait coin tranquille pour découvrir et savourer des concerts à un prix modique. Petit et grand à la fois. Comme ce fameux soir du 19 avril où je m'apprête à rentrer dans le profond rectangle rougeâtre que constitue ce beau Café-Théâtre. Ce soir, un artiste solo du nom de William Tyler, en provenance de Nashville dans le Tennessee. Un bonhomme pas bien grand, à l'attitude tranquille et très à l'aise sur scène avec sa guitare sèche pour un concert acoustique. Dès le début, on ressent le contact chaleureux de l'homme qui, bien que très jeune, a déjà vécu son lot d'aventures humaines. D'ailleurs il s'en sert pour raconter ses anecdotes de voyages à travers le monde qui lui permettent de rencontrer une poignée d'énergumènes et de parcourir des paysages qui remplissent désormais les sons et ambiances de ses morceaux de musiques. Car Tyler n'est pas un chanteur, mieux encore car il s'agit d'un musicien autodidacte aux doigts de fées. Avec son instrument, il fait tout simplement des miracles...


Sur scène, il mélange ses histoires de vie qui servent son écriture musicale. Du coup, ces interprétations acoustiques dégagent un lyrisme d'une pureté et d'une sincérité qui ne peut que toucher l'auditeur. Son blues, sa country, sa "folk music", tout ceci interrogent les étoiles, parcours les rivières et des décors désertiques qui se complètent peu à peu pour nous emmener loin; là où il est allé et ce qu'il en a retiré... William Tyler est un poète ivre d'émotions qu'il retranscrit avec une puissance assez incroyable. Entre chaque nouveau morceau, il replace le contexte de son sujet via diverses anecdotes, parfois cocasses; parlant de sa passion pour le film de Michael Cimino LA PORTE DU PARADIS qui lui a servit d'inspiration pour son oeuvre à lui; pour ensuite nous offrir sa partition magique. Humble, proche des gens, un petit génie de musicien qu'il est autant agréable d'écouter parler que d'écouter jouer...


Il aime le Bourg, se sent comme chez lui. En fait, ce n'est même pas un concert dans le plus pur sens du terme mais un peu comme si un pote entrait chez nous en voulant absolument nous raconter quelque chose de beau, qui vous ensorcelle et vous bouleverse. Le temps de quelques morceaux, il est discrètement accompagné par Volker Zander à la basse; pose sa guitare pour en prendre une autre plus électrique... L'hôte du soir, ce sera lui et quoiqu'il se passe, Tyler uniquement capture notre attention. Le charme et la simplicité, l'humour et cette ambiance si agréable font que la rencontre avec cet artiste restera un grand moment ponctuée d'une musique qui côtoie les anges et touche le coeur. Investissant la pénombre du décor pour en ressortir des sensations magnifiques! On en pleurerait tellement c'est beau. Thank you, William...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter