jeudi 28 avril 2011

Concert : JOSH T. PEARSON (USA)

Cela faisait bien longtemps que je n'avais vu cette salle si comble. Heureusement, j'avais pris mes précautions en me procurant très vite un billet transformé rapidement en petite tête de chat tigré, emblème du tampon encreur pour ce fameux soir. Tout le monde n'aura pas eu cette chance. Programme pour la soirée du 27 avril : Josh T. Pearson, un texan fatigué par le voyage et portant une épaisse longue barbe est l'hôte en solo du Bourg à Lausanne.

Une sacré dégaine. Un charisme magnétisant. Une attitude au ralenti, qui prend son temps et surtout qui aime bavarder avec nonchalance. Pearson, visiblement éméché et sous le charme des "pretty ladies" qu'il regarde à ses pieds sur le devant de la scène, aligne quelques baragouinages de déglingué, jamais vraiment fixé à son micro, décalé et souvent hors de son propre univers. Il aime à raconter quelques blagues cochonnes incluant des strip-teaseuses ou encore Mickey, Minnie et Goofy; s'intéresse indirectement sur sa condition de chanteur de country et arrive même à se prendre un petit fou rire personnel au dépend de son public. Mais ce soir on n'est pas venu voir un "one-man show" de comique bien que celui-ci emballe assez rapidement son public. Il faut tout de même dire que cela contraste passablement avec le mélange de son concert qui n'a rien d'une partie de rigolade...



Peu de morceaux de musique, mais de longues tirades lyriques qui sont même étirées comme des vieilles balades abandonnées aux abords de routes poussiéreuses et soufflées par une voix qui s'égare, en fin de vie. Débarrassée de tout artifices, les chansons de Josh T. Pearson capture l'essence même de rêves brisées, de timides refrains passablement tranquilles, sentant presque la mort, qui nous plongent dans de véritables abysses émotionnelles. Si le personnage ressemble presque à un clochard, il y a cette voix qui procurent des moments denses et intenses. Adjoint à la fascination de longues tirades musicales percutantes comme une bonne grosse dépression qui vous cloue à votre siège, "Last Of The Country Gentleman" arrive avec son ambiance intimiste et presque religieuse où le public écoute attentivement l'artiste sans un bruit. Comme un superbe requiem, émouvant et lyrique qui vous caresse les oreilles et vous scotche le coeur.



Le concert prend fin, la foule se disperse... Mais l'étonnante atmosphère semble toujours flotter dans l'air. Autour du chanteur, désormais mal à l'aise à l'idée de vendre ses disques, un florilège de "pretty ladies" s'approprie l'univers de Pearson au détour d'une séance de dédicaces personnalisées. L'homme prend son temps, discute et fait des bises. Il est charmant malgré son look impressionnant. Et moi j'ai mon album signé et repars dans la nuit prendre un peu l'air frais accompagné par les restes d'une voix cassée d'un grand artiste nommé Josh T. Pearson...

1 commentaire:

  1. I have just downloaded iStripper, and now I can watch the best virtual strippers on my desktop.

    RépondreSupprimer

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter