lundi 28 mars 2011

JURASSIC JAWS

JURASSIC JAWS (Up From The Depths) de Charles B. Griffith (1979)

Un représentant d’une mystérieuse espèce de requin, encore inconnue à ce jour fait surface près des côtes d’Hawaii. De nombreuses attaques permettent aux gens du coin de se rendre compte de sa présence, au grand dam du directeur du palace de luxe qui donne sur les plages. Un baigneur ressort de l’eau recouvert d’intestins, le cadavre d’un requin est retrouvé étrangement mutilé, une main tranchée est découverte sur des récifs par un plongeur… quelque chose ne va pas… Pourtant, les vacanciers sont bien présents, et n’hésitent pas, faute d’information, à aller se baigner jusqu’à l’inéluctable…

Suite au gros succès que fut le PIRANHA de Joe Dante qui, en 1978 surfait déjà avec réussite sur la vague de films de poissons initié avec les fameuses DENTS DE LA MER de Spielberg, la société New World Pictures dirigé de main de maître par Roger Corman n’allait quand même pas en rester là… En résulte JURASSIC JAWS qui propose de nouveau au menu des humains comme petit déjeuner à une grosse créature des profondeurs, toutefois avec largement moins de talent…

Malgré la présence du charismatique Sam Bottoms et de la charmante Susanne Reed, cet « Up From The Depths » a plutôt tendance à s’enfoncer dans la vase plutôt qu’à nager dans les eaux claires d’une petite série Z sympathique. Cette perchette humanoïde est pourtant une idée plutôt chouette pour un film d’horreur… Hélas, ni les comédiens et encore moins la réalisation peu inspirée de son metteur en scène n’arrivent à le rendre intéressant. Les effets spéciaux sont très souvent bâclés, guère aidés par des cadrages beaucoup trop serrés où l’on ne distingue pas grand-chose, en plus que les prises de vues sous-marines étant passablement sombres. Il y manque aussi une énergie et un punch qui rendait les attaques de piranhas beaucoup plus convaincante que cet avatar bien trop lent et ridicule.

Le scénario patauge dans l’ennui le plus complet avec des péripéties pathétiques comme ces escrocs qui essaient de se mettre dans la poche un vieux couple de bourges en leur proposant une chasse au trésor… Forcément, il y a aussi un peu de nudité avec une playmate qui vient au soleil parader au milieu des palmiers! Mais filmer quelques plans d’une (belle) paire de nichons n’a jamais fait un bon film. Et JURASSIC JAWS manque spécialement d’action convaincantes, l’ensemble étant relativement mou et mettant curieusement la pédale douce sur la violence et le gore à l’écran, quasiment absent de toute la durée du long-métrage!

Mais qu’y a-t’il à regarder dans ce film? Quelques décors paradisiaques plutôt moches et des personnages particulièrement imbuvables. Notamment le patron de l’île, un gueulard chauve complètement naze avec sa veste de costard rose beaucoup trop grande pour lui. A cause de ce gérant qui persiste à nous cacher l’horrible vérités des événements, il faudra attendre pratiquement une heure pour qu’enfin les touristes se décident à hurler en courant sur la plage… C’est ensuite un brin amusant de voir la direction d’un club de vacances qui recrutent ensuite ses propres clients pour partir à la chasse au tueur aquatique. En découle quelques idées rigolotes comme la pêche au gros dans des barques et canots ridicules; un japonais qui sort d’on ne sait où avec son katana; et surtout un gros « ver » humain pour attirer le monstre dans une séquence finale incroyablement anti-spectaculaire! Une production Roger Corman trop bon marché à ne regarder qui si on à de la tendresse pour les vieux « monster movies » en plastique et aux yeux étrangement fixes et dont la taille (et la tête) varie d’un plan à l’autre…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter