samedi 18 décembre 2010

LES AS DE LA CAMBRIOLE

LES AS DE LA CAMBRIOLE (Fa Qian Han) de John Woo (1977)

Alors que son patron lui demande de transporter des diamants, un pseudo détective privé est victime d’une tentative d’enlèvement par un énergumène qui prétend être garde du corps. Au même moment, la nièce du vrai propriétaire des diamants s’interpose. L’improbable trio découvre alors que les diamants sont faux…

Voilà une facette plutôt méconnue de la carrière de son réalisateur, à savoir la comédie crétine. Avec LES AS DE LA CAMBRIOLE, on fait connaissance d’un duo rigolo avec les personnages incarnés par Richard Ng et Ricky Hui. L’un à la moustache bien taillée, l’autre avec une ridicule coupe au bol. Deux amusants personnages qui essaient de rivaliser d’ingénuité pour subtiliser de l’argent aux milliardaires pour qui ils travaillent… Le long-métrage aligne donc sur un rythme soutenu différentes saynètes comiques avec des stratagèmes plus ou moins sophistiqués pour gagner leur vie. La comédie fonctionne assez bien si l’on apprécie l’humour « pouet pouet » un peu lourdaud. Tout ceci ne vole bien évidemment pas très haut mais il s’y dégage un esprit assez bon enfant qui peut avoir du charme sur certains spectateurs. Bien entendu, pour la plupart des occidentaux, ce genre de spectacle n’est pas loin d’être absolument irregardable!

Difficile d’y voir ici un long-métrage de John Woo tant cela diffère complètement de son style habituel. Ce film est donc à prendre comme une véritable curiosité pour les amateurs de son cinéma. Toutefois, il mélange la comédie à l’action par le biais de quelques séquences de bagarres, le tout emballé avec un certain savoir-faire. Et puis, il y a aussi le moment anthologique du film qui est quasiment une réplique au plan près du casse de MISSION IMPOSSIBLE de Brian de Palma (1996). Suspendu à une corde au-dessus du lit du milliardaire, Richard Ng s’échine à vouloir dérober les diamants fixé autour du cou de sa victime tout en se dépatouillant avec la femme de celui-ci qui dort juste à côté, les bras autour de son cou... Un grand moment bien hilarant, où le cambrioleur essaie aussi de se débrouiller pour recueillir la sueur qui coule abondamment de son front avec un petit parapluie jaune.

Cette comédie sans temps mort aligne donc des gags souvent consternants mais il arrive que certains d’entre eux soient parfois assez amusants, pour autant qu’on l’aime l’humour cantonais qui est quand même assez particulier. Les comédiens se donnent sans compter d’un point de vue physique en se bagarrant sans cesse ou encore en faisant de grosses grimaces. John Woo y adjoint une petite touche sexy avec la présence de la mignonne Angie Chiu et une chouette chanson-titre interprété par Ricky Hui lui-même. A toutefois réserver à un public averti, vous ne seriez pas sûrs de vous en remettre!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter