mardi 7 décembre 2010

Freeze Me : LATEX

LATEX de Michael Ninn (1995) est un petit classique du cinéma porno des années quatre-vingt-dix! Avec son format vidéo, le réalisateur explore le domaine du fantasme avec cette sorte de gigantesque clip de défonce du cul où images subliminales et musique techno s'allient pour offrir un spectacle XXX comme l'on en a rarement vu dans le genre.

Comme un rêve fiévreux, le long-métrage s'offre même un décalque du METROPOLIS de Fritz Lang avec parfois en toile de fond des semblants de décors gigantesques représentant une énorme cité futuriste. C'est là-bas où les citoyens se vautrent dans une luxure toujours plus déviantes à bases de talks shows torrides ou de soumissions diverses dont où ne sait plus d'où elles proviennent : d'un rêve ou de la réalité? Est-ce la vision d'une société décadente où le sperme coule à flot ? Parcourons-nous l'esprit teinté de folie d'un patient interné dans un hôpital psychiatrique? Ninn façonne des images souvent très léchées (si je puis dire!) et se complait dans le fétichisme de luxe avec sa matière première : le latex. Cela donne une histoire très sexe aux compositions visuelles souvent assez élaborées qui flattent davantage le regard qu'une scène classique de sexe. Il en résulte une oeuvre assez étrange dont on aurait envie de figer certaines images, pour le plaisir des yeux uniquement... Enjoy!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter