lundi 26 juillet 2010

LE VILLAGE

LE VILLAGE (The Village) de M. Night Shyamalan (2004)

Une petite communauté isolée vit dans la terrifiante certitude qu'une race de créatures mythiques peuple les bois entourant le village. Cette force maléfique est si menaçante que personne n'ose s'aventurer au-delà des dernières maisons, et encore moins pénétrer dans les bois... Le jeune Lucius Hunt, un garçon entêté, est cependant bien décidé à aller voir ce qui se cache par-delà les limites du village, et son audace menace de changer à jamais l'avenir de tous...

Après Bruce Willis (SIXIEME SENS, INCASSABLE), c'est au tour du talentueux Joaquin Phoenix (SIGNES) de retourner pour la deuxième fois devant la caméra du génial M. Night Shyamalan et de se replonger dans un univers étrange et captivant. LE VILLAGE est le sixième film du fameux réalisateur. Ce cinéaste contemporain compose des oeuvres novatrices et originales et c'est toujours avec un plaisir extrême mêlé de curiosité que l'on découvre chacun de ses films. Dans ce nouveau long métrage, il nous entraîne dans un voyage au coeur de nos peurs les plus instinctives et ce qu'elles peuvent impliquer au sein d'une communauté.

Dans LE VILLAGE, comme d'habitude dans son cinéma, Shyamalan truffe son film de surprises et autres retournements de situations. La méthode s'est déjà avérée payante et très efficace par le passé et est devenue une figure incontournable du style inimitable du réalisateur. Sa mise en scène participe activement au suspense et à l'intensité de son récit. Avec LE VILLAGE, c'est d'autant plus évident car il traite avant tout d'une histoire d'épouvante. L'atmosphère mystérieuse du film renvoie autant aux films d'horreur anglais de la Hammer qu'aux contes pour enfants, notamment Le Petit Chaperon Rouge. LE VILLAGE négocie entre une peur latente et une émouvante histoire d'amour, une équation superbe qui résultera en un film choc absolument bouleversant.

Porté par une excellente distribution, le film nous offre également une découverte en la personne de Bryce Dallas Howard (fille du réalisateur Ron Howard), véritable révélation du film. Epaulée par William Hurt et Sigourney Weaver dans des rôles secondaires, la jeune actrice, qui fait ici ses premiers grands pas au cinéma, est absolument sensationnelle. Le réalisateur lui offre un rôle magnifique qu'elle incarne à la perfection. Véritable incarnation de sensations, son personnage de jeune aveugle amoureuse est tout simplement remarquable. Une grande performance.

LE VILLAGE effraie, déconcerte et émeut à la fois. De par la maîtrise de son sujet, ses comédiens et sa mise en scène, c'est sans aucun doute le film l'un des films les plus abouti de son réalisateur. Une réussite incontestable pour un pur joyau de cinéma!

Ci-dessous, l'une de mes séquences préférées du film. Un subtil mélange entre terreur et lyrisme poétique, porté par la sublime musique de James Newton Howard! Magnifique!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter