mercredi 21 juillet 2010

GENERATION REBELLE

GENERATION REBELLE (Dazed And Confused) de Richard Linklater (1993)

C’était l’époque des bongos et des pattes d’éléphants, du polyester et des bijoux en coquillage, des macramés et des bagues qui changent de couleur selon l’humeur. Nous dansions le rock'n'roll, nous étions épuisés mais innocents et par dessus tout, nous étions une Génération rebelle…

GENERATION REBELLE narre donc les aventures d'étudiants dans une université lors de leur dernier jour de cours en mai 1976. Plus qu'une trame scénaristique standard, le film de Richard Linklater ressemble à une sorte de collage générationnel où l'on assiste à la fin d'une scolarité, aux bizutages des petits nouveaux, les balades à traîner à ne rien faire en voiture et aux soirées qui dégénèrent à la sauce pétards et alcool. Le tout en une seule nuit, inoubliable. Encore faut-il pouvoir s'en souvenir le lendemain...

Sur les rythmes d'une bande son très rock'n'rool, cette histoire nous permet de suivre une belle galerie de personnages qui met en évidence la plupart des stéréotypes estudiantins, celui qu'on a été et ceux qu'on a toujours connu. Au-delà des clichés, ceux qui composent la GENERATION REBELLE transpirent par leur véracité, leur authenticité. Sans en faire trop, toujours avec un regard ni trop complaisant ou attendrissant et sur une note quasi-documentaire, le long-métrage sait être espiègle et très juste sur sa vision de cet univers particulier.

On est bien loin des "teen movies" standards qui se moquent souvent très largement de ses personnages à des fins humouristiques. Ici, Linklater sait les respecter, ce n'est pas juste de la gaudriole à la AMERICAN PIE. Le metteur en scène trouve son propre rythme et le ton juste pour raconter mille et une choses et sait se focaliser sur différents points de vue de la génération des années 70.

Ces étudiants sont incarnés ici avec justesse par une bande de comédiens épatants qui sont tous formidables! Une sacrée galerie de rôles cocasses, drôles et attachants. On y reconnaîtra bon nombre de vedettes dans leurs jeunes années : Milla Jovovich, Ben Affleck, Parker Posey, un Matthew McConaughey moustachu ou encore l'excellent Jason London dans le rôle principal de Randall 'Pink' Floyd. Une référence musicale parmi tant d'autres dans un film pour lequel l'univers sonore s'identifie pleinement à son époque avec un soundtrack tout simplement grandiose : Aerosmith, Alice Cooper, Black Sabbath, Deep Purple, ZZ Top, Lynyrd Skynyrd, Bob Dylan, Kiss... Que du beau monde!

Richard Linklater réussit donc un très beau film générationnel qu'il film avec regard lucide et une attitude très "Sexe, drogue et rock'n'roll". Rafraîchissant et émouvant, c'est un beau moment de cinéma!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter