dimanche 4 juillet 2010

THE DOOR

THE DOOR (Die Tür) de Anno Saul (2009)

Artiste rongé par la mort accidentelle de sa fille, David découvre une porte qui le ramène vers le passé, juste avant le moment du drame. Comment réagir à ce retour incompréhensible, à ce monde dédoublé ?

Avec un point de départ qui évoque une intrigue digne de la série TV LA QUATRIEME DIMENSION, ce thriller surnaturel allemand est assez intriguant. Tout d’abord, on retrouve la star scandinave Mads Mikkelsen dans le rôle titre. Ensuite, l’histoire propose un beau dédale scénaristique où se mélange science-fiction, fable philosophique, théorie du complet et drame psychologique… C’est peut-être un petit peu beaucoup pour ce long-métrage finalement guère palpitant dans sa mise en images un peu trop sage. On se croirait presque devant un téléfilm de luxe mais l’intrigue ménage toutefois quelques belles séquences assez troublantes, comme le fait qu’une fillette assiste à la mort de son papa, tué par son propre père ! Il y a là matière à un questionnement sur la seconde chance, le pouvoir de revenir sur ses actes et corriger ses fautes… tout en se retrouvant imbriqué dans une spirale stressante où le nouveau père doit cacher sa véritable identité à sa propre famille.

Si le film ne convainc pas totalement en terme de fantastique, il l’est davantage en tant que drame familiale, possédant de très beaux instants d’émotions où, par exemple, le personnage de Mads Mikkelsen explique très simplement à sa fille qu’il est une espèce d’ange gardien venu se substituer au père de l’enfant afin de faire mieux que lui. Tout ceci, pour l’amour d’une enfant trop rapidement disparue en se noyant dans la piscine familiale laissée sans surveillance.

Plus l’intrigue avance, THE DOOR gagne une dimension assez cauchemardesque car le personnage principal n’est pas le seul à s’être substitué face à son propre alter ego. Le quartier baigne dans l’étrangeté, comme ce voisin qui se mêle un peu trop des affaires des autres. Le long-métrage dégage une atmosphère presque terrifiante qui rappelle L’INVASION DES PROFANATEURS DE SEPULTURES où, également dans ce film, des corps étrangers remplaçaient petit à petit le voisinage. A mesure que la situation se dégrade, le film d’Anno Saul présente une image assez originale de la famille disfonctionnelle qui essaie de se refaire un futur en assassinant son propre passé. Tout ne se passera forcément pas comme prévu et s’il reste classique dans son déroulement, n’étant finalement pas aussi surprenant qu’on aurait pu l’imaginer, THE DOOR est une belle porte ouverte sur un imaginaire qui présente une manière glaçante de faire table rase de nos propres erreurs et mauvais choix.


2 commentaires:

  1. Excellent film, oui ! J'en avais aussi parlé sur mon blog, ici :
    http://ilaose.blogspot.com/2011/01/die-tur-door-la-porte-du-passe.html

    RépondreSupprimer
  2. Salut Félix!

    Merci pour le message... et pour le lien. J'aime beaucoup ton blog! :)

    RépondreSupprimer

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter