mardi 18 mai 2010

LA RETAPE

LA RETAPE (L'Alcova) de Joe D'Amato (1984)

Joe D'Amato, le réalisateur italien (re)connu autant pour ses films d'horreur excessifs que pour ses nombreuses oeuvres de la saga BLACK EMANUELLE, met ici en scène un quatuor de comédiens dans une histoire bien perverse. Si on y retrouve ici un Al Cliver (ZOMBIE de Lucio Fulci) guère convaincant dans le rôle du mari, on appréciera surtout la présence des mignonnes Annie Belle (vu dans LEVRES DE SANG de Jean Rollin) et Lili Carati (la bombe sexuelle de AVERE VENT'ANNI de Fernando Di Leo) sans oublier la très belle Laura Gemser sans qui ce long-métrage perdrait beaucoup d'intérêt.

Plus qu'un simple film érotique, LA RETAPE propose un scénario intéressant et prend aussi la peine de reconstituer l'ambiance de l'Italie décadente des années 1930. L'histoire se déroule dans la belle demeure d'un couple de bourgeois. L'époux, de retour d'un voyage en Afrique, rapporte bien plus dans ses bagages que les usuelles statues et masques de bois d'une tribu sauvage. Pour avoir fait acte de bravoure en sauvant un homme, il se voit offrir en retour une jeune femme qu'il ramène avec lui en tant qu'esclave. L'arrivée inopinée de cette négresse va semer le trouble parmi eux, d'autant plus que l'épouse vient de débuter une liaison saphique avec la secrétaire de son mari...

Il y a tout d'abord un rapport de force entre les pensionnaires qui voient d'un mauvais oeil cette nouvelle venue. S'ensuit une série d'humiliations diverses avant que la maîtresse de maison ne tombe sous son charme exotique, délaissant très rapidement à la fois son mari et sa secrétaire. Très vite, la dévouée esclave se soumet un rite d'initation particulier consistant à une passage de pouvoir allant du mari à l'épouse. La voici désormais sous emprise féminine, se délectant de ses nouveaux privilèges.

D'Amato excelle à mettre en scène ces polisonneries, n'hésitant pas à présenter toutes ses comédiennes en complète nudité frontale se pourléchant les parties intimes dans une extase filmique délectable. Si les amateurs connaissent déjà par coeur chacune des courbes de la belle eurasienne, on découvre avec ravissement celles de Lili Carati qui composent un personnage autoritaire finalement sous la coupe d'une esclave. Leurs moments d'intimité sont visuellement très soignés et superbes à voir... mais le réalisateur qui n'a pas son pareil pour verser dans la luxure la plus débridée nous réserve quelques surprises. Outre ses séquences d'un érotisme délicat, Joe D'Amato met en scène un viol organisé lorsque le mari se décide à réaliser un film pornographique qui mettrait tout le monde à l'abri de leurs soucis financiers! Bondage et nonne lubrique au programme, le scénario dégénère passablement lors de sa dernière partie pour arriver à une conclusion surprenante et bien violente.

LA RETAPE peut très certainement être considéré comme une des oeuvres les plus réussie de son réalisateur, nanti d'une belle photographie et quelques séquences bien excitantes et sexuellement assez explicites (comme lors de la projection d'un vieux porno muet) avant de dériver vers des séquences plus choquantes et davantage proche du cinéma d'exploitation que de l'érotisme soft que l'on trouve dans ce genre de productions. Les fans de Laura Gemser seront également aux anges car la belle comédienne y trouve ici l'un de ses rôles les plus accompli.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter