mardi 11 mai 2010

LA MAIN DU CAUCHEMAR

LA MAIN DU CAUCHEMAR (The Hand) de Oliver Stone (1981)

Auteur de bandes dessinées, John Lansdale a la main droite arraché à la suite d'un accident de voiture. D’abord introuvable, celle-ci revient hanter son propriétaire et le pousse à éliminer toutes les personnes qui lui font du tort…

Ce film de commande à peine mentionné dans la filmographie de son auteur fait un peu figure de faux départ pour Oliver Stone. Si ce scénario fait immanquablement penser à un film d’horreur, LA MAIN DU CAUCHEMAR se situe plutôt du côté du thriller psychologique. Michael Caine y est excellent dans le rôle principal d’un homme qui sombre peu à peu dan la folie et la paranoïa… . Le réalisateur joue avec cette thématique tout au long du film, recourant parfois au noir/blanc pour illustrer ses séquences de meurtres. Sont-elles vraiment réelles ou issues de l’imagination de Lansdale? Dans l’une de ces scènes, on reconnaîtra même Oliver Stone dans le rôle d’un clochard.




Les effets spéciaux du film, principalement une main coupée qui se balade par terre (un peu à la manière de « Thing » dans LA FAMILLE ADDAMS), sont assez rudimentaires mais néanmoins efficaces. Ils sont exécutés par des pointures du genre, à savoir Carlo Rimbaldi qui officia sur le KING KONG de John Guillermin en 1976; et Stan Winston largement plus connu par la suite pour ses travaux sur PREDATOR de John McTiernan (1987) ou encore les TERMINATOR de James Cameron (1984 - 1991). La scène choc du film, très réussie, est bien entendu l’accident de voiture qui montre l’amputation de la main du personnage incarné par Michael Caine. Un des sommets gore du long-métrage! Par contre, on rigolera doucement devant d’autres effets, comme ce serpent en plastique amputé (cette fois-ci) de sa tête.

LA MAIN DU CAUCHEMAR est une sacrée curiosité à découvrir pour tous les amateurs de l’œuvre d’Oliver Stone tant elle détone radicalement avec tout le reste de sa filmographie. Ce n’est pas une franche réussite, le résultat étant souvent proche du ridicule, mais dans l’ensemble ce film reste une plaisante petite série B à suivre, même si le célèbre réalisateur se prend peut-être un petit trop au sérieux avec son histoire...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter