mardi 13 avril 2010

MOHABBATEIN

MOHABBATEIN de Aditya Chopra (2000)

Dans ce film bollywoodien, Shah Rukh Khan est un professeur de violon au passé mystérieux. Le voici qui vient enseigner la musique dans la prestigieuse université de Gurukul. Mais il va se heurter très rapidement au directeur de l'institution dont les maîtres mots sont honneur, discipline et tradition. Ses valeurs inspirent terreur et soumission à tous les étudiants. On est loin des méthodes peu conventionnelles de notre professeur de musique qui, à travers sa passion, veut transmettre un message plus universel, celui de l'amour.

Un combat incessant entre l'amour et la peur, tout ceci en plus de trois heures de métrage, le combat de deux hommes aux valeurs divergentes. L'occasion pour la réalisatrice d'évoquer différents modes de vies oscillant entre modernité et les conventions qui ont la vie dure... On dresse ici un constat de l'Inde moderne à travers les histoires sentimentales de trois jeunes couples. Trois bellâtres niais aux répliques au ras des pâquerettes vont séduires trois jeunes et belles indiennes. Une histoire d'amitié qui a de la peine à se transformer en véritable tourbillon amoureux, une histoire d'une femme mariée dont le mari est mort mais continue d'être une épouse fidèle suivant les désirs du père du fils et une rivalité amoureuse entre deux personnages qui n'arrêtent pas de se chamailler. Du lourd, donc! D'autant plus que les comédiens choisis ne sont pas très crédibles et l'alchimie avec le trio d'actrices n'est pas toujours très convaincant. Néanmoins, l'ensemble fonctionne tout de même, le charme opérant de manière assez efficace. Il en incombe beaucoup (encore une fois!) à Shah Rukh Khan qui possède vraiment un charisme assez incroyable et parvient même à nous faire croire au pouvoir tout puissant de l'amour. A ses côtés, la sublime Aishwarya Rai (L'ex Miss Monde vu dans DEVDAS) qui interprète son amour perdu apparaîssant dans les songes de notre professeur de musique (un joli fantôme, quoi!).




Niveau passages musicaux, on a droit à 7 chansons très agréables à écouter et dont les chorégraphies restent très belles sans être exceptionnelles si ce n'est l'excellente chanson "Soni Soni" qui célèbre une fête indienne et offre un grand moment de bravoure, plein de couleurs et de bonne humeur (9 minutes!).

Sorte de CERCLE DES POETES DISPARUS à la sauce indienne, MOHABBATEIN n'est pas forcément le Bollywood ultime (pour cela, il faut absolument découvrir DILWALE DULHANIA LE JAYENGE) mais reste un spectacle plaisant, sans grosses parties de rigolade ni de gros drames larmoyants non plus. Le spectacle est assuré grâce à son duo d'acteurs toujours agréable à suivre (Khan et Rai) et quelques numéros musicaux enthousiasmants. Le reste étant largement assumé par le charme irradiant de ses interprètes féminines.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter