mardi 13 avril 2010

THE GREAT ESCAPE FROM WOMEN'S PRISON

THE GREAT ESCAPE FROM WOMEN'S PRISON (Yeosu Daetalok) de Il-ho Jang (1976)

THE GREAT ESCAPE FROM WOMEN'S PRISON raconte l'histoire tragique d'un officier japonais, né chinois, qui se retrouve à servir comme chef d'un camp pénitenciaire pour femmes chinoises. En tant que commandant de l'institut, il se sert de son pouvoir pour séquestrer sa famille qui a toujours dédaigné ses opinions politiques. De plus, voilà que son ancien amour de jeunesse se retrouve aussi en cellule pour avoir assassiné involontairement un japonais qui essayait de capturer son mari chinois. Tout ce beau monde emprisonné dans un lieu où tortures et brutalités règnent en maître va tenter de planifier une évasion à grande échelle avec le concours de la résistance...

Sorti la même année que REVENGE IN THE TIGER CAGE, ce nouvel effort dans le domaine du "Women In Prison" (WIP) n'atteint même pas le niveau d'ailleurs tout juste honorable du film de Sang-ok Shin. Cette nouvelle histoire tient plus du drame familial que d'une véritable oeuvre du genre. Bien entendu, on y enferme un groupe de femmes dans une prison où le patron se révèle être un sadique qui torture et humilie ses pensionnaires. Mais le film se montre relativement fade : pas de nudité et très peu de violence graphique. Alors que le "WIP" est un créneau parfait pour du "softcore" (douche, viols, fouilles corporels), il n'y a rien de tout cela dans cet avatar plutôt timide. Lorsqu'une des pensionnaires se fait sexuellement molester, elle ne fait que se défendre timidiment en utilisant ses mains... pour cacher ses seins! Il faut dire que le long-métrage a aussi été sévèrement censuré dans ses instants les plus intenses. Ainsi, nous n'avons pas droit à l'intégralité d'une séquence où les prisonnières, après une tentative ratée pour s'échapper, doivent se soumettre à un exercice de gymnastique équilibriste sur une poutre sous peine de se voir empaler sur de gros pics de bois. Il y a aussi cette scène de torture où la jeune héroïne se voit arracher les dents avec une pince. Fort heureusement, pour tous les déviants que nous sommes, ces brefs moments de violence sont néanmoins présentés dans les bonus du DVD.

Si le long-métrage de Il-ho Jang échoue à faire honneur aux règles du "WIP", il n'est également pas très convaincant en temps que drame. L'interprétation générale étant plutôt mauvaise cela n'aide pas à nous faire croire aux cruels destins de ses personnages qui ont souvent des réactions très exagérés. THE GREAT ESCAPE FROM WOMEN'S PRISON se fourvoie même parfois dans le ridicule quand il montre plusieurs fois le groupe de prisonnières en train de pleurer. Cela en devient même hilarant. Il y a aussi cette grosse détenue qui n'arrête pas de s'empiffrer... Par contre, on a droit à quelques belles scènes de bagarre, dont l'une d'elles est un vrai combat de kung-fu (entre un chinois et des japonais!) et une intense scène de lèchage de bottes également bien censurée (mais à découvrir en intégralité dans les scènes coupées).

Ce "Women In Prison" taïwanais est aussi curieux à suivre car la piste sonore du DVD semble être tirée d'une copie différente que ses sous-titres anglais car il sont plus nombreux que les dialogues (en mandarin) du film. Ce qui crée un décalage permanent où l'on lit des dialogues alors que les comédiens ne parlent pas. Au-delà de tout ces problèmes techniques qui en rajoute dans l'absurdité, ce "WIP" du pauvre est totalement dispensable si ce n'est pour les plus complétistes.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter