lundi 5 avril 2010

FIEVRE AU LYCEE

FIEVRE AU LYCEE (Coed Fever) de Robert McCallum (1980)

En réaction aux nouveaux codes de bonne conduite imposés dans leur université, quatre étudiants du "Uppa U Omega Fraternity" s'offrent les services d'une redoutable stripteaseuse qui percera au grand jour les perversions secrètes du proviseur et des riches donateurs...

Cette histoire débridée qui se déroule sur le campus est en fait une sorte de parodie du film AMERICAN COLLEGE de John Landis. Bien entendu, ce genre d'histoire qui fait aujourd'hui les scénarios de la saga AMERICAN PIE va nettement plus loin en terme de grivoiserie. D'ailleurs le film débute avec une étudiante qui se plaint de sa note de 5 sur 20 en biologie auprès de son professeur. Celui-ci se voit gratifier d'une fellation par la jeune femme afin de pouvoir remonter sa moyenne... qui finira par un 20/20 juste au moment où l'enseignant honore de sa semence l'étudiante à genoux devant lui.

Malgré un début aussi hilarant qu'il est coquin, FIEVRE AU LYCEE n'est pas un film pornographique mémorable. Celui-ci ne présente guère d'éléments très remarquables en terme de sexe, sur ce point le long-métrage de Robert McCallum est plutôt banal. Par contre, sa distribution est assez spectaculaire par son nombre de pointures du "Blue Movie" : Ron Jeremy, Jamie Gillis & Mike Horner du côté des mâles et du côté des coquines on reconnaît surtout les minois de la rouquine Lisa De Leeuw ou la très chaudasse Vanessa De Rio, sans oublier la star du long-métrage : Annette Haven.

Mais c'est surtout Vanessa, l'ogresse portoricaine, qui s'octroie les meilleures scènes du long-métrage. Notamment une séquence assez rigolote où Del Rio, déguisée en religieuse, dévore littéralement ses deux partenaires eux-mêmes grimés en moines. On retiendra également une scène d'initiation de fraternité lycéenne où cette fois-ci la petite teigne d'Annette Haven, à la fois dominatrice et sadique, se montre bien à son avantage (fessées de raquettes à l'appui!) et encore plus lors de la punition qui s'ensuit, sodomisant avec un gros gode une étudiante qui a eu la fâcheuse manie d'aller s'envoyer en l'air avec son petit ami alors qu'il lui était formellement interdit de le revoir! Une séquence gentiment brutale, qui ressemble d'ailleurs plus à un viol qu'à une simple humiliation pour avoir désobéit aux "lois" de l'institution. Pour la petite anecdote, la scupturale comédienne jouera quelques années plus dans le film BODY DOUBLE de Brian De Palma, remplaçant Melanie Griffith dans les scènes érotiques les plus intenses.

Au final, FIEVRE AU LYCEE n'est pas un "incontournable" de l'Âge d'Or du X américain, même si il est mis en scène par le chef opérateur d'Orson Welles (derrière le pseudonyme se trouve donc Gary Graver). Son oeuvre reste trop classique dans la construction de ces séquences X malgré un scénario davantage élaboré que la moyenne. Le film constitue toutefois un bon moment croustillant de cinéma porno pour les amateurs, notamment devant une belle séquence d'orgie finale qui, bien qu'elle s'avère trop brève, nous offre quelques belles éjaculations sur le visage et le fessier de son charmant ensemble de comédiennes.



video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter