dimanche 18 avril 2010

BONS BAISERS DE PEKIN

BONS BAISERS DE PEKIN (Gwok Chaan Ling Ling Chat) de Stephen Chow (1994)

Un crâne de dinosaure d'une valeur inestimable a été dérobé. L'agent secret enquêtant sur ce vol est abattu par un homme mystérieux armé d'un pistolet d'or. Faute de personnel, le contre-espionnage fait appel à leur agent le plus incompétent, Zéro Zéro Sept... Armé de gadgets ridiculement inutiles, il va devoir éviter de se faire tuer, retrouver le crâne volé et se lancer sur les traces de l'homme au pistolet d'or...


Attention, humour régressif et un brin lourdaud au programme! Une fois le menu digéré, on n'y retient que du bonheur. Comme son titre l'indique, BONS BAISERS DE PEKIN est une parodie de l'univers des agents secrets et spécialement de James Bond. Encore une fois, Stephen Chow interprète le rôle principal de ce film, adjoint à la belle Anita Yuen qui y joue un agent-double.

Forcément, le 007 de Chow est un gros incapable qui aligne les catastrophes. Il pourrait presque être comparé à une sorte d'Inspecteur Clouseau asiatique. Et, tout comme Peter Sellers avant lui, Stephen Chow est vraiment hilarant dans son rôle. Toujours affublé d'une clope au bec qui semble ne jamais se consumer (même lorsqu'il chante!), notre agent secret est pourvu d'une galerie impressionnante de gadgets indispensables comme un rasoir-téléphone ou encore une chaussure-sèche cheveux! Mais il se révélera tout de même plutôt efficace dans sa mission, et cela bien malgré lui!


Comédie d'espionnage très rigolote qui vire parfois dans le surréalisme total, à voir cette séquence hallucinante où notre espion se prend un balle dans la cuisse (tirée par sa co-équipière), un instant de cinéma passablement violent et gore où l'on peut apprécier le mélange souvent improbables des genres toujours en demie teinte du cinéma de Hong Kong! Et tout ceci au nom d'une belle rigolade, sans images de synthèse pour une fois, comparé à certains des autres films de ce réalisateur très prolifique. Au final, BONS BAISERS DE PEKIN fera certainement plaisir à tout amateur de l'univers de James Bond ayant un goût certain pour l'absurde et le second degré. Il s'agit là sans doute d'une des oeuvres les plus accomplies de son auteur, pleine de charme(s), d'action et d'auto-dérision. Irrésistible!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter