mardi 30 mars 2010

PUMP UP THE VOLUME

PUMP UP THE VOLUME de Allan Moyle (1990)

Harry, le disc-jockey subversif d'une radio-pirate, met en emoi tous les étudiants d'un campus. Son cynisme et sa rage trouvent un écho chez les collégiens frustrés d'une petite ville. Harry tient à garder l'anonymat. Nora, jeune étudiante fascinée par la personnalité d'Harry, entreprend de découvrir sa véritable identité. Elle n'est pas la seule, l'école et les forces de l'ordre aimeraient bien faire taire cette voix insolente.

Petit classique du film sur l'adolescence et les années collège où un ado mal dans sa peau crée une radio-pirate pour parler des problèmes de sa génération et son mal de vivre. Une petite perle du genre, ce film-manifeste n'a rien perdu de son impact et est toujours aussi passionnant à suivre. Autant hier qu'aujourd'hui, le personnage incarné à la perfection par Christian Slater trouvera son écho en chacun de nous. La personnalité public, timide et renfermé sur lui-même ou celle extravertie et bien déchaînée où, la langue déliée et seul avec lui-même, il se permet de crier son cynisme, ses peurs, ses angoisses, ses envies, sa rage...

Ces confessions sont extrêmement jubilatoires mais également terriblement émouvantes. Car, de mémoire, il n'y a pas d'équivalent pour un film sur un/des adolescent(s) qui se permettent une telle extravagance tout en surfant sur une pudeur bouleversante. Car Harry La Trique (Happy Harry Hard On en V.O.) est un de ses personnages qui sonne "vrai" et est en même temps plus grand que nature. La musique qu'il joue durant ses heures d'audience révèle toute la complexité d'un garçon à fleur de peau. Christian Slater dégage une aura phénoménale, quasiment un Dieu disc jokey qui parle de la vie avec un regard effronté mais aussi avec une approche sensible sans être condescendant (voir la difficile scène de la lettre parlant du suicide). L'acteur y trouve l'un de ses meilleurs rôles avec FATAL GAMES (Heathers en V.O.) de Michael Lehmann. PUMP UP THE VOLUME nous permet également de découvrir au cinéma pour la première fois, la très mignonne Samantha Mathis. L'énigmatique auditrice à la belle écriture noire sur du papier rouge qui titille et provoque Harry La Trique! C'est le rôle du "love interest", un peu plus barré que d'habitude dans ce genre de productions, qui donne l'occasion à l'actrice de se dévoiler de manière surprenante lors d'une superbe scène d'amour sur les accords magnifiques de la chanson "Why Can't I Fall in Love"! Inoubliable et émouvant! "Talk Hard!!!" Un film phare et culte de mon adolescence!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter