samedi 6 mars 2010

PUBLIC ENEMIES

PUBLIC ENEMIES de Michael Mann (2009)

Basé sur l'histoire vraie de John Dillinger, un braqueur de banque hors pair qui a sévi à de nombreuses reprises dans l'Amérique des années 30. Avancé comme "l'ennemi public numéro 1" par le patron du FBI, John Edgar Hoover, Dillinger sera traqué sans relache par Melvin Purvis, l'un des agents fédéraux des plus efficaces.

Absolument brillant. Mann aligne de nouveaux défis techniques et cela donne une patine visuelle assez incroyable, au plus près des personnages et de leurs émotions. C'est très intéressant à voir, d'autant plus que PUBLIC ENNEMIES est un film de gangsters à échelle humaine, racontant plus leurs relations entre eux qu'une succession de scènes d'actions toujours plus spectaculaires. A ce titre, même si les séquences de hold-up sont passionnantes à suivre (et superbement mises en scène), c'est les moments intimes qui donnent toute la grâce nécessaire au long-métrage. Et là, c'est un délice de voir d'excellents acteurs jouer leur rôle : Johnny Depp est absolument parfait dans son rôle de gangster et Marion Cotillard en femme amoureuse est très touchante. Leurs scènes ensembles, bien que limitées, dégage une émotion assez exceptionnelle... Dès qu'ils sont séparés, cela donne lieu à des scènes immenses, comme cette séquence où Billie se fait enlever par la police venu arrêter Dillinger. Ce dernier étant dans la rue, les forces de l'ordre incapable de voir le gangster alors qu'il est juste devant eux. Cela donne une aura quasi-fantastique au film, comme ce final au ralenti suffoquant de beauté et de violence sèche. Superbe! Christian Bale n'est pas en reste, non plus! L'acteur, même si relégué au second plan, trouve même ici l'un de ses meilleurs rôle en tant qu'inspecteur de police traquant l'ennemi public n°1!


Comme d'habitude avec ce genre de film ancré dans une époque bien précise, le travail de reconstitution est remarquable. Les décors, les costumes, la musique... Tout est mis en oeuvre pour une plongée grandiose dans cette époque qui nous immerge au tout début de l'existence du FBI. C'est passionnant à suivre, un niveau d'excellence cinématographique que Mann soutient avec une brillante direction d'acteurs, tous au top. L'émotion n'est pas en reste, le réalisateur sachant parfaitement jouer sur tout les tableaux. On en ressort la gorge nouée par le destin de ses personnages. La scène finale est inoubliable! "Bye Bye Blackbird...". Chef-d'oeuvre!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter