jeudi 4 mars 2010

LA ROSE ECORCHEE

LA ROSE ECORCHEE de Claude Mulot (1970)

Pour redonner sa beauté primitive à sa femme défigurée dans un accident, un peintre essaie de forcer un chirurgien à pratiquer sur elle une opération.

A la lecture du synopsis, on sent tout de suite l'influence de LES YEUX SANS VISAGE de Franju. C'est un hommage assumé pour cet assez rare fleuron du cinéma français qui mixe avec un égal plaisir sexe et horreur. Une curiosité réalisé par un réalisateur plus connu pour ses classiques du cinéma porno tels que LE SEXE QUI PARLE ou encore LES PETITES ECOLIERES (avec Brigitte Lahaie). Ce petit film étrange et décalé, se réclame beaucoup de l'univers de Jess Franco (sexe, violence & déviances) mais on y retrouve aussi une imagerie que l'on croirait tout droit sorti de chez Jean Rollin, alors débutant dans le monde du 7ème Art. LA ROSE ECORCHEE possède un casting assez iconoclaste puisque qu'on y trouve pêle-mêle Annie Duperey et Elizabeth Teissier (mais oui!) sans oublier les incroyables nains Roberto & Johnny Cacao et bien entendu Howard Vernon et son incroyable tronche! Les amateurs apprécieront!


Maladroit et souvent plombé par un montage mou et des interprètes qui jouent constamment faux, le film de Claude Mulot dégage quand même ce petit parfum désuet qui rend son oeuvre assez attachante. Le réalisateur prend son temp à développer une atmosphère un rien poétique (la nuit, une jeune femme en nuisette se balade dans les couloirs du château, un chandelier à la main), cocasse (le duo de nains s'attaquent à une femme dénudée dans une tour remplit de foin) et toujours décalée (ces mêmes nains, serviteurs du châtelain, portent une tenue de cro-magnon et dorment à terre sur de simples coussins!). L'ensemble, bien qu'un petit peu ennuyeux, est assez réussi dans son genre. Du cinéma bis qui détone dans le paysage français, une oeuvre particulière comme on en trouve peu en France, à mettre aux côtés d'autres "perles" du même acabit que sont MORGANE ET SES NYMPHES de Bruno Gantillon (1971) et le très réussi MAIS NE NOUS DELIVREZ PAS DU MAL de Joël Séria (1971).



Un petit extrait du film, forcément censuré. La version sortie chez l'éditeur Mondo Macabro (Zone 1 - Version française d'origine) propose bien entendu une version intégrale!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter