dimanche 7 mars 2010

FEMALE YAKUZA TALE - INQUISITION AND TORTURE

FEMALE YAKUZA TALE - INQUISITION AND TORTURE (Yasagure Anego Den: Sôkatsu Rinchi) de Teruo Ishii (1973)

Suite à Torifumi Suzuki voilà que ce cinéaste fou qu'est Teruo Ishii prend les rênes de la suite de SEX & FURY. Reiko Ike, remise de ses blessures, va aider à démanteler un réseau de trafiquants de drogues qui utilisent des femmes pour transporter leurs substances illicites (cachées dans leurs parties intimes). Comme à son habitude, Ishii introduit dans l'univers du "pinky" sa touche iconoclaste et étrange, insérant plein de choses bizarres et destructurant passablement sa narration qui est parfois difficile à suivre... avec beaucoup de nudité et de violences gratuites à l'appui!

Ishii y mélange son style outrancier avec des séquences de comédies pas toujours drôles à de l'humour limite scatologique (une prostituée déverse tout sa morve sur le visage d'un pervers qui matait sa petite culotte). Le réalisateur revient néanmoins aux conventions du genre dans le troisième acte. Pour témoin, ce final spectaculaire (on sent un hommage aux délires pops de Seijun Suzuki) où tout une bande de femmes se mettent à nue (on ne sait pas pourquoi) avant de tuer tout ce qui bouge autour d'elles. Heureusement que ça grouillait de méchants!

Une suite assez tordue et remplies d'idées folles, totalement digne de la personnalité atypique de son réalisateur. Très différente dans son approche que SEX & FURY, plus réaliste et doté d'une approche plus historique que pop, FEMALE YAKUZA TALE - INQUISITION AND TORTURE est un vrai régal pour les amateurs. Teruo Ishii maîtrise son art de la décadence de manière magistrale. Et les amateurs de sexploitation (et de Reiko Ike) y trouveront largement leur compte! Une très belle réussite!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter