vendredi 5 mars 2010

FAR WEST STORY

FAR WEST STORY (La Banda J.S.: Cronaca Criminale Del Far West) de Sergio Corbucci (1972)

Inlassablement poursuivi par le shérif Franciscus dont il a brisé la carrière en s'évadant de prison, Jed Trigado est sauvé par Sonny, une jeune fille aux allures masculines. Le couple va alors se livrer aux pillages des banques et se transformer en “Bonnie and Clyde” du Far West, avec à leurs trousses le redoutable Franciscus ...

Voilà un western atypique qui bouscule les règles du genre : la femme qui dame le pion au héros masculin en terrassant son grossier machisme. La mythologie du genre est bien là avec toute sa violence graphique, son héros solitaire anarchiste, le shérif obstiné, la ville désolée et ses rues boueuses, les prostituées plus vraies que nature... Le réalisateur y insuffle son brio et son ironie habituels en y rajoutant de l'humour satirique issu de la comédie italienne. Cela donne un mélange détonant qui fonctionne réellement bien. Les comédiens choisis sont tous formidables, à commencer par l'incroyable Tomas Milian qui compose un personnage haut en couleurs, à la fois hilarant et pathétique mais avec un bon fond, dur et tendre en même temps. Sa liaison particulière avec le personnage incarné par Susan George est particulièrement savoureuse. Cette figure féminine sous des dehors masculins est en fait le grand point fort du film, son essence même qui donne toute sa saveur au film. La comédienne y est à la fois drôle et émouvante, toujours crédible. Un personnage très fort, un mélange réussi de fragilité et de détermination. Et cela fait toujours plaisir de voir Telly Savalas dans un film!




FAR WEST STORY se suit avec un plaisir quasi-jubilatoire car Corbucci sait insuffler une énergie et une fraîcheur à son histoire via ses partis pris de mise en scène qui jonglent constamment entre comédie et western pur, avec de gros morceaux d'actions comme seuls savent les emballer les meilleurs réalisateurs italiens. Son film regorge d'excellents moments, qu'ils soient spectaculaires, drôles voir mêmes carrément touchants. C'est tout le talent d'un réalisateur brillant et d'une équipe technique au diaposon (formidable musique d'Ennio Morricone) pour une très belle découverte, un vrai plaisir de cinéma qui réjouira forcément les amateurs de westerns. Celui-ci étant un brin différent de par son traitement, c'est une oeuvre à chérir d'autant plus.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter