dimanche 28 mars 2010

THE CANDY SNATCHERS

THE CANDY SNATCHERS de Guerdon Trueblood (1973)

C'est sur la mélodie ironique de "Money is the root of all happiness" que débute THE CANDY SNATCHERS. Nos 3 kidnappeurs amateurs sont sur le point d'enlever Candy, une jeune adolescente de 16 ans. Leur but? Soutirer un vol de diamants au papa de la fillette. Malheureusement pour eux, le père ne se pointe pas au rendez-vous fixé par les kidnappeurs. Que faire? C'est le début d'un lente plongée à la fois malsaine, glauque et... plutôt drôle.

THE CANDY SNATCHERS est un petit film d'exploitation, sans budget et parfois proche de l'amateurisme. Pourtant, malgré ses limites, le film se révèle assez surprenant de par la manière où le scénario classique de l'enlèvement et la demande de rançon qui s'ensuit part cette fois-ci totalement en couilles d'une manière assez surréaliste. Il faut dire aussi que l'ensemble des personnages est assez gratiné. Allant de la jeune femme prostituée à l'adolescent meurtrier, en passant par le vétéran du vietnam limite pédophile sans oublier le père négligeant et opportuniste... C'est une belle galerie humaine, souvent grotesque. Car, au-delà des situations glauques, il s'en dégage une certaine drôlerie inattendue qui rend l'ensemble d'autant plus inconfortable jusqu'à son dernier acte assez inattendu et plein de la cruauté typique qui parsème ce genre de production. Les effets spéciaux de maquillage assez rudimentaires et l'interprétation plutôt limité de l'ensemble des comédiens fournissent un cachet assez particulier à THE CANDY SNATCHERS. Et d'y rajouter le viol d'une adolescente, un traitement abusif d'un enfant muet pratiquement livré à lui-même donne une saveur bien particulière à ce petit bijou "grindhouse" longtemps demeuré invisible depuis des années. Une petite perle rarissime que les fanatiques du genre se doivent de ne pas manquer!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter