vendredi 19 février 2010

TRANSFORMERS 2 : LA REVANCHE

TRANSFORMERS 2 : LA REVANCHE (Transformers: Revenge Of The Fallen) de Michael Bay (2009)

Deux ans se sont écoulés depuis que Sam Witwicky a sauvé l'univers d'une bataille décisive entre les deux clans rivaux de robots extraterrestres. Malgré ses exploits, Sam reste un adolescent préoccupé par les soucis des jeunes gens de son âge : alors qu'il s'apprête à entrer à l'université, il doit se séparer de sa petite amie Mikaela et de ses parents pour la première fois de sa vie. Il lui faut aussi tenter d'expliquer son départ à son nouvel ami, le robot Bumblebee. Sam aspire à vivre une vie normale d'étudiant, mais il doit tourner le dos à son destin pour y parvenir. Si Sam a fait ce qu'il a pu pour tirer un trait sur le conflit qui a eu lieu à Mission City et revenir à ses préoccupations quotidiennes, la guerre entre les Autobots et les Decepticons, tout en étant classée secret défense, a entraîné plusieurs changements. Le Secteur 7 a ainsi été dissout et son plus fidèle soldat, l'agent Simmons, a été révoqué sans ménagement. Résultat : une nouvelle agence, NEST, a été mise en place...


Avec cette suite directe à son TRANSFORMERS, Michael Bay fait encore plus fort, encore plus bruyant, encore plus hystérique, plus fou, plus bête... Cette revanche des robots est un spectacle complètement démesuré, réceptacle parfait pour afficher toute la mégalomanie de son réalisateur. Il n'y a même plus besoin d'afficher des enjeux dramatiques, réduits à leur strict minimum, dont on s'en fiche d'ailleurs complètement. Ces combats à rallonges entre des masses de métal froissés n'étant que pur délire décomplexé. On ne s'étonne même plus de savoir qui est le bon du méchant, le montage épileptique n'aidant absolument pas à s'y retrouver. C'est comme si on voyait un petit gamin imaginer des batailles grandioses avec ses jouets. Qu'importe qui est qui, finalement? Tout est dans le visuel et le sonore! Du moment que les situations sont spectaculaires et qu'il y a beaucoup de bruit à base d'explosions et autres destructions diverses... Sur ce point-là, TRANSFORMERS 2 est insurpassable. Son réalisateur ayant dépassé les limites du n'importe quoi, au point d'afficher des séquences d'une bêtise assez exceptionnelle : des robots qui pètent, qui pleurent, qui tirent avec un "pénis" mécanique, ou encore voir une "extrémité sexuelle" sortant de la culotte d'un robot en chaleur... Bay regorge d'imagination, prenant même le temps de filmer les grosses "couilles" d'un de ses robots en contre-plongée!

Si TRANSFORMERS 2 est également une comédie, l'humour de Michael Bay est aussi subtil que ses scènes d'action. Transposant une partie de son intrigue dans une Université américaine, le réalisateur développe un sens inégalable pour les gags crétins et hystériques, à peine digne d'un PORKY'S! C'est assez affligeant de voir le réalisateur se complaire en mettant en scène un tel spectacle régressif! A ce niveau-là, cela devient même honteusement audacieux et jouissif! Et de ressentir le plaisir limite pervers qu'il a de filmer des jeunes femmes sexy sous toutes les coutures, même les plus indécentes. A ce titre, la première apparition de Megan Fox, littéralement allongée en mini-short sur sa grosse cylindrée, est à voir pour le croire!

TRANSFORMERS 2 est un film aussi hallucinant qu'insupportable à suivre car il a la capacité rarissime de vous lobotomiser le cerveau sur près de deux heures et demie. Depuis le début de sa carrière, Michael Bay est un champion toute catégorie pour réaliser des gros "blockbusters", mais voici qu'il donne ici une dimension nouvelle à ce genre de divertissement populaire, le propulsant au-delà de tout! Ce n'est pas juste ridicule, rigolard ou un "navet" pur jus, c'est plus que fascinant... c'est cosmique! Une expérience cinématographique qui vous lessivera totalement, uniquement pour les plus téméraires ou les cinéphiles complètement cinglés!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter