dimanche 7 février 2010

STARTER FOR 10

STARTER FOR 10 de Tom Vaughan (2006)

En 1985, sur toile de fond du thatchérisme, Brian Jackson est étudiant en première année à l’Université de Bristol. Emmagasinant compulsivement la moindre bribe de culture générale, Brian regarde assidûment depuis son enfance le jeu télévisé "University Challenge". Cette émission, dont le slogan est « Your starter for 10 », voit s’affronter des équipes estudiantines dans des épreuves de quiz. À peine arrivé à Bristol, il saisit l'occasion de rejoindre l’équipe locale de University Challenge. Il tombe rapidement amoureux de sa séduisante coéquipière Alice, bien qu’il partage plus de points communs avec son amie Rebecca, adepte de la contre-culture.

Il n'y a rien de bien nouveau dans cette comédie britannique. Le scénario reste sans surprises et est très classique dans son déroulement. L'aspect le plus intéressant du film est le fait que l'intrigue soit situé au milieu des années 80. Du coup, c'est toujours un plaisir de se replonger dans la mode de cette époque. STARTER FOR 10 joue à fond sur cette esthétique, à commencer par une bande sonore très appréciable avec des chansons de groupes tels que The Cure, Wham! et Bananarama et aussi Tears for Fears, Kate Bush... Et c'est aussi amusant d'y voir James McAvoy avec une horrible coupe de cheveux! Mais le film ne vire pas dans le kitsch grossier ou l'humour crétin. Ce long-métrage co-produit par Sam Mendes et Tom Hanks reste toujours assez sérieux. C'est avant tout une sorte de rite initiatique pour son héros.


Le film développe conjointement deux axes scénaristiques que sont la préparation du quiz universitaire et le triangle amoureux, le jeune homme étant partagé entre deux filles : Alice, une blonde pulpeuse assez quelconque ou Rebecca l'étudiante qui soutient les causes politiques. A travers ses expériences universitaires et amoureuses, le personnage interprété par McAvoy apprendra qui il est et ce qu'il recherche vraiment. STARTER FOR 10 est donc l'exemple typique de la douce petite comédie sociale qui parle d'amour, de loyauté, de sagesse... La petite morale s'immisçant au bout du parcours. On sent l'influence de John Hughes dans ce scénario. Heureusement, le sujet est bien traité, sans forcer le trait et les personnages sonnent tous très justes. Mais ce n'est pas pour autant que le film est une réussite. L'ensemble étant quand même relativement fade, guère drôle et ce n'est finalement que grâce à la fraîcheur de sa distribution que le film se suit sans ennui. On retiendra forcément James MacAvoy mais surtout Rebecca Hall qui ajoute une pointe de charme non négligeable à son rôle d'étudiante un brin rebelle.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter