dimanche 14 février 2010

SLUMDOG MILLIONNAIRE

SLUMDOG MILLIONNAIRE de Danny Boyle (2008)

Jamal Malik, 18 ans, orphelin vivant dans les taudis de Mumbai, est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l'émission "Qui veut gagner des millions ?". Il n'est plus qu'à une question de la victoire lorsque la police l'arrête sur un soupçon de tricherie. Sommé de justifier ses bonnes réponses, Jamal explique d'où lui viennent ses connaissances et raconte sa vie dans la rue, ses histoires de famille et même celle de cette fille dont il est tombé amoureux et qu'il a perdue. Mais comment ce jeune homme est-il parvenu en finale d'une émission de télévision ? La réponse ne fait pas partie du jeu, mais elle est passionnante.

Que dire? Sur ce coup-là, Danny Boyle m'a sacrément déçu. Non pas que l'histoire soit inintéressante - loin de là - mais il n'y a vraiment pas de quoi crier au chef-d'oeuvre non plus.

C'est une histoire finalement assez banale et pas très palpitante racontée en deux variations. Le jeu (gagner 20 millions de roupies!) et l'histoire d'amour. Rien de bien original et la mise en scène qui alterne le présent (le jeu) et le passé (flashbacks) est plutôt bancal et se répète dans une structure qui est assez rapidement lassante. C'est clair que les images peuvent être hypnotisantes (bien que, pour ma part, le réalisateur y arrive beaucoup mieux sur LA PLAGE avec la Thaïlande) et que Boyle met tout son savoir-faire de l'image et du son pour nous en mettre plein la vue et les oreilles. Mais pour un amateur du cinéma indien comme moi, il n'y a rien de surprenant à voir. C'est juste joli et alors? L'émotion peine à faire son chemin jusqu'à moi et ne me sens aucunement "happé" par cette histoire. Boyle s'est déjà montré beaucoup plus original et inventif dans sa mise en scène et là, cela se repose beaucoup sur la beauté même de ses propres images qui ne suffisent pas à nous toucher, notamment en ce qui concerne toute la partie des bidonvilles. Et les "tics" de mise en scène de Boyle avec ses mouvements de caméras penchées et autres, je n'y ai trouvé aucune justification et tout ceci me semble être plus de l'esbrouffe qu'autre chose. Après en avoir discuté avec mon amie (qui a lu le roman) l'adaptation du bouquin n'est pas non plus très fidèle et enjolive plutôt l'histoire au lieu de nous offrir une véritable plongée émotionnelle et d'en faire également quelque chose de léger et de très amusant. Ce que le film n'est, en ce qui me concerne, absolument pas. Le mélange ne prend pas, se révèle même assez lourd avec une pointe d'exotisme pour faire scintiller les regards.



Si les comédiens sont plutôt bien, je n'ai jamais réussi à croire à cette histoire d'amour plutôt improbable. Même en étant moi-même un incorrigible romantique, je n'y ai pas cru une seconde. D'autant plus que la comédienne interprétant le "grand amour" du héros est plutôt du genre "bonnasse" ce qui contraste passablement avec les autres personnages. Mais bon, c'est chou comme tout mais il n'y a absolument rien d'inoubliable là-dedans. Tout ceci est au final très convenu. Et puis je trouve que le scénario ne met pas bien en avant cette histoire d'amour où le "héros" se fiche bien de l'argent qu'il gagne et ne veut finalement que retrouver la fille qu'il aime. On ne ressent jamais cela à l'écran. SLUMDOG MILLIONAIRE est une alternance basique entre un gars qui joue à un jeu télévisé et une histoire d'amour toute simple avec quelques contrariétés locales. Mais, à la fin du film on ne ressent pas les enjeux du personnage et on n'y voit qu'un gars qui gagne des millions de roupies. La rencontre finale tombe donc comme une sorte de miracle anecdotique. C'est presque une comédie romantique standard et cela c'est carrément un comble! Et pour parler de la séquence du générique de fin, c'est effectivement très cool, mais ce n'est qu'un gimmick, vain clin d'oeil au cinéma de Bollywood qui fera néanmoins plaisir aux fans du genre. En soi cela ne sert strictement à rien et c'est à prendre comme une sorte de "bonus". Rien de déplaisant là-dedans mais cela ajoute au côté "creux" de l'ensemble.

SLUMDOG MILLIONAIRE est, à mon grand regret, le film le plus faible de Danny Boyle. Je ne comprends pas pourquoi le film semble recevoir tant d'éloges et de récompenses. On dirait que le public découvre ce que bon nombre de "films bollywoodiens" ont déjà ressassé dans un nombre incalculable de films. C'est un peu le "Bollywood pour les nuls" pour les gens qui n'ont jamais vu un film hindi de leur vie. Grosse déception, car j'aime beaucoup ce que fait Danny Boyle mais là, ça ne prend pas. Cela reste toutefois un spectacle coloré et néanoins divertissant bien que je me sois quand même légèrement ennuyé. Le genre de films qui s'oublie dès le lendemain. C'est bien dommage...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter