mercredi 10 février 2010

LES DIAMANTS DU KILIMANDJARO

LES DIAMANTS DU KILIMANDJARO (El Tesoro De La Diosa Blanca) de Jess Franco (1983)

Ouais, un film d'aventures dans la jungle africaine, une tribu dangereuse de cannibales, une expédition british pour retrouver une fille perdue lors d'un accident d'avion, une étrange déesse blonde... Voilà de quoi faire! Ben non... Autant le poster est alléchant, autant ce film d'exploitation est d'une fadeur confondante. Jess Franco assure le minimum syndical, à savoir un petit peu de nudité et de la violence bien terne. Tout ceci prête bien entendu plus à sourire qu'à crier au scandale. Le supposé décor où se situe l'action (en Afrique, donc) ressemble plus à un jardin botanique où l'on aurait placé des huttes pour indigènes. La faune sauvage est uniquement tiré de stock-shots volés à des documentaires animaliers et l'ensemble est monté de manière bien hasardeuse. Qui voudrait croire à une attaque de crocodile sur une demoiselle dénudée alors que les plans qui s'enchaînent alternent différentes tonalités de luminosité? Sans parler de la qualité granuleuse des images animalières comparé à celle du film. C'est risible.

Cette mixture pathétique de sexe, de cannibales et de violence n'apportera rien aux amateurs de films d'exploitation. Le film peut tout de même se flatter de posséder des anthropophages parmi les plus lamentables de l'histoire du cinéma. Ils ne font strictement rien, si ce n'est parader avec un masque humain desséché sur leur propre visage. Et, en plus, pas de carnage humain et surtout pas de fiesta cannibale. C'est à se demander pourquoi il porte l'étiquette de mangeurs d'hommes. La violence du film se limitera à quelques morts ridicules dont deux égorgements qui ne se dérouleront même pas devant la caméra. On se consolera néanmoins avec un crash d'avion minable qui ressemble plus à l'explosion d'un pétard chinois que d'une véritable explosion digne de ce nom. Pour finir, les fameux diamants du titre ne sont rien d'autre qu'un maigre sac d'améthystes, on est loin de découvrir de merveilleux diamants! Comme trésor, on a largement fait mieux! Il est donc clair que pour les amateurs de films d'exploitation se déroulant dans "l'enfer vert" il vaut encore mieux se tourner vers quelques productions cheap italiennes pour avoir un bon quota de spectacle déviant.



Dans LES DIAMANTS DU KILIMANDJARO, on ne pourra que se satisfaire de la nudité permanente de la mignonne Katja Bienert (une comédienne récurrente chez Franco) dans le rôle de la déesse blonde. Une grande performance où l'actrice passe son temps à écarquiller les yeux, assise sur son arbre. Agée de 17 ans à l'époque du tournage, sa fraîche poitrine dévoilée sans honte est un bon moyen de faire passer le temps. C'était une production EUROCINE!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter