dimanche 21 février 2010

LE CRIME ETAIT PRESQUE PARFAIT

LE CRIME ETAIT PRESQUE PARFAIT (Dial M For Murder) de Alfred Hitchcock (1954)

Tony Wendice, une ancienne gloire du tennis, s'est marié avec Margot pour sa richesse. Mais celle-ci le trompe depuis peu avec Mark Halliday, un jeune auteur de romans policiers. Craignant que sa femme le quitte et le laisse sans le sou, Tony fait appel au capitaine Lesgate et le charge d'assassiner Margot en échange d'une grosse somme d'argent.

Ce qui est assez incroyable avec cette intrigue, c'est qu'elle se situe presque intégralement dans un appartement. Le réalisateur nous faisant que très rarement sortir de cet endroit confiné, ne serait-ce que pour observer les mouvements de certains personnages à travers les fenêtres. Le long-métrage n'en est pas pour autant théâtral, Hitchcock arrivant à donner un style visuel bien marqué à son histoire. L'ensemble est superbe de bout en bout, porté par des interprétations très solides. Il y a surtout la très belle Grace Kelly, dans le rôle de la femme adultère. Le réalisateur jouant habilement avec les couleurs de ses vêtements, l'habillant toujours avec des tons très clairs en présence de son mari, et la revêt d'une magnifique robe rouge lorsqu'elle se retrouve avec son amant. Ray Milland, le mari qui planifie l'assassinat, un personnage permet au comédien de livrer lui aussi une très belle performance, tout en charme et élégance, disposant habilement son piège machiavélique pour se débarrasser de son épouse. Dans le rôle du meurtrier, on reconnaît l'excellent Anthony Dawson qui, quelques années plus tard, jouera le rôle du Prof. Dent qui tente d'assassiner un autre célèbre personnage de cinéma : l'agent 007 dans JAMES BOND CONTRE DR. NO!




La grande scène du CRIME ETAIT PRESQUE PARFAIT reste bien évidemment la fameuse nuit du meurtre où Hitchcock fait montre de tout son talent pour instaurer un suspense de plus en plus insoutenable. L'ambiance devient même progressivement macabre avec le superbe usage de l'obscurité et des ombres de son décor, transformant cette tentative d'assassinat en pur instant de terreur. Le film ayant été tourné en 3D, les séances de cinéma de l'époque devait lui donner une dimension encore plus spectaculaire (la main de Grace Kelly qui se tend au milieu de l'écran, face au spectateur). Même visionné "à plat", le long-métrage ne perd absolument rien de sa superbe. On en ressent encore très bien les effets subtils qui mettent en place le spectateur au coeur même de l'intrigue, dans cet appartement, où de petits détails du mobilier vous place au centre de l'action. Il utilise aussi le procédé de la 3 D pour décupler la puissance de certains objets comme une clé ou une paire de ciseaux.

Bien que l'assassinat prévu soit raté, rien n'empêche que le plan diabolique du mari se mette en place pour se débarraser de l'épouse, qui se retrouve peu après en prison et condamnée à mort! Et l'enquête qui s'ensuit démontera tous les mécanismes du piège avec une maestria impressionnante. Même si l'ensemble du long-métrage est davantage basé sur de longs dialogues explicatifs que sur de véritables moments d'actions, le film reste passionnant à suivre! L'inculpation, la valse des clés de l'appartement et la conclusion de l'intrigue sont tous de grands instants de cinéma, superbement mis en scène. Petite anecdote amusante, il est intéressant de savoir qu'Hitchcock, pour le gros plan sur le "M" du téléphone, a dû faire construire un exemplaire géant exprès pour cette séquence capitale, les techniques de la 3D ne lui permettant pas de faire un aussi gros "close-up", renforçant par cette image forte la tension qui se dégage de cette scène! Basée sur une pièce de théâtre à succès, LE CRIME ETAIT PRESQUE PARFAIT offre donc à Alfred Hitchcock les moyens de faire un excellent film à suspense doublé d'un formidable exercice de style avec de très belles idées de mise en scène.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter