dimanche 21 février 2010

LE CHAT QUI VIENT DE L'ESPACE

LE CHAT QUI VIENT DE L'ESPACE (The Cat From Outer Space) de Norman Tokar (1978)

La soucoupe volante de Zunar 5J/90 Doric Fourseven atterrit sur la planète Terre en catastrophe, suite à une avarie technique. Cet extra-terrestre (qui est en fait un chat en provenance d'une galaxie lointaine) doit réussir à réparer son vaisseau rapidement, afin de rejoindre un engin de secours à une date précise. S'il rate le rendez-vous fixé, le félidé intergalactique est condamné à rester sur Terre... Grâce à son collier électronique qui lui confère des pouvoirs surnaturels, il réussit à communiquer avec un humain sympathique, le docteur Wilson, qui le rebaptise "Jake le chat" et veut bien lui venir en aide. Toutefois, l'armée américaine et d'étranges espions vont leur mettre des bâtons dans les roues...

Comédie familiale disneyenne avec un chat comme protagoniste principal. Donc, c'est mignon comme tout. Principalement à cause du chat qui est adorable avec son collier qui lui permet de faire à peu près tout (ouvrir une porte, monter les stores, figer les gens). Il peut aussi parler aux humains mais sans que sa bouche soit retouchée. Ben oui, les images de synthèses ça existait pas encore. Donc : télépathie!

Si le scénario est un rien délirant, le film est quand même sacrément pauvre même si l'idée de départ est sympathique. Etrange similitude de scénario avec le STARMAN de John Carpenter. L'ensemble de la distribution n'est pas vraiment top malgré la présence toujours appréciable de Roddy McDowall. L'ensemble est platement mis en scène, cela n'a absolument rien d'éclatant, sans parler des problèmes de rythme. On saluera tout de même le design du vaisseau spatial qui ressemble à une sorte de gros scarabée avec des yeux verdâtres!

Cela vaut néanmoins le coup d'oeil pour les fanas des félidés. Comme d'habitude, l'armée américaine est montrée sous son meilleur jour : crétine et incompétente à souhait. C'est rigolo, y'a Lalo Schifrin à la musique. Cela faisait bien longtemps que j'avais pas entendu une musique aussi transparente. Finalement, l'aura du film a bien meilleur réputation que le résultat final. Niveau divertissement avec un chat, vaut mieux s'en tenir au très cool L'ESPION AUX PATTES DE VELOURS!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter