lundi 8 février 2010

LA CEINTURE NOIRE

LA CEINTURE NOIRE (Black Belt Jones) de Robert Clouse (1974)

La fille d'un directeur d'école de karaté assassiné doit combattre un mafioso aidé d'un truand qui convoite le terrain qu'elle possède.

Réalisé un an après OPERATION DRAGON, l'intrigue de LA CEINTURE NOIRE mélange l'univers de la "Blaxploitation" avec du kung-fu!. Ce film met en scène Jim "The Dragon" Kelly qui réutilise le terme "Dragon" directement emprunté à Bruce Lee. D'ailleurs, ce n'est pas la seule chose que l'acteur subtilise à la fameuse star chinoise décédée durant l'été 1973. Le comédien s'approprie également ses diverses mimiques et les petits cris qu'il émettait durant ses combats. Dès qu'il se bat, Kelly n'a définitivement pas la classe et la même efficacité que le "Petit Dragon". Les bagarres sont plus sommaires, les mouvements sont moins sophistiqués quand ce n'est pas directement l'acteur qui est doublé par un cascadeur pour les scènes les plus difficiles (cela se remarque notamment en vérifiant la grosseur de sa coupe afro qui varie parfois suivant les plans!). Mais cela n'enlève rien au plaisir que l'on prend en regardant le film. Celui-ci est d'ailleurs bourré d'humour, involontaire ou non, ce qui lui donne un côté très plaisant à suivre.


La distribution du film est sensationnelle. L'amateur du genre y reconnaîtra bon nombre de comédiens. On y trouve Scatman Crothers (le gérant de l'Hôtel Overlook dans THE SHINING!), deux acteurs sortis de VIVRE ET LAISSER MOURIR, Gloria Hendry (la James Bond girl noire) et Earl Brown (le gros "Murmure"); et aussi des seconds rôles du JEU DE LA MORT, le karatéka Bob Wall pour une simple apparition et aussi Mel Novak (responsable de la mort cinématographique de Bruce Lee, ce qui n'est pas rien !) interprètant ici l'homme de main du méchant.



L'intrigue de LA CEINTURE NOIRE est assez basique avec toujours une histoire qui répète les schémas classiques du genre : une école d'arts martiaux convoitée, l'assassinat du Maître, la vengeance... On se croirait presque dans LA FUREUR DE VAINCRE, sauf qu'ici on est plus proche des ghettos que des quartiers chinois. Le film est très appréciable car il comporte bon nombre de séquences d'action, Scatman Crothers et Jim Kelly mettant la pâtée aux vilains, et même Gloria Hendry donne des coups une fois ses talons retirés et sa jupe relevée! Les combats ne sont pas très violents, il y a ici très peu de bras cassées ou de morts qui se comptent par dizaines. Kelly prenant surtout bien soin de précipiter ses opposants à travers les vitres d'un véhicule à proximité! L'ambiance est assez bon enfant, gratifiant même l'histoire de petits détails délirants comme ce commando improvisé avec des jeunes femmes en bikini qui font du trampoline ou encore une course pousuite en voiture qui se termine au "Car wash". Cette séquence étant le gros morceau de bravoure final : Kelly cognant la tronche à plusieurs de ses ennemis au milieu de la mousse qui se déverse en grosse quantité autour d'eux avant d'enfermer les brigands dans un camion poubelle!

LA CEINTURE NOIRE est donc une très chouette bande "Blaxploitation", parfois assez comique (la séquence où le héros invite les karatékas au McDonald's!) avec des dialogues souvent surréalistes ("Who the fuck hit me?" - "Batman, motherfucker!") et de nombreuses séquences très savoureuses comme le braquage chez les mafieux ou cette incroyable scène de séduction entre Sydney et Black Belt Jones, courant et se cachant dans les dunes de sable, s'affrontant gentiment pour mieux s'embrasser... Et le tout sur une bande sonore ultra funky de Dennis Coffey & Luchi De Jesus qui compte parmi les meilleures du genre. Le générique d'ouverture du film donne tout de suite le ton avec cette musique super cool qui illustre d'entrée une scène d'action quasiment au ralenti! Du bonheur, rien que du bonheur!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter