lundi 22 février 2010

IVRESSE ET CONSEQUENCES

IVRESSE ET CONSEQUENCES (A Guy Thing) de Chris Koch (2003)

Au lendemain de son enterrement de vie de garçon, le futur marié se réveille aux côtés d'une parfaite inconnue. Incapable de se souvenir de cette nuit bien arrosée, il craint d'avoir trompé sa fiancée. Il tente alors de cacher la vérité à son entourage et mène paralllèlement son enquête sur cette fille.

L'histoire classique des lendemains de beuveries intenses. Voilà un sujet guère original comme point de départ d'une comédie plus rigolote que romantique. Un jeune homme pris en sandwich entre deux femmes, l'une qu'il doit épouser et l'autre... qu'il trouve dans son lit! Et cela se corse légèrement quand cette dernière se révélera être la cousine de la première. S'ensuit, bien entendu, une série de quiproquos assez burlesques : la culotte perdue, les morpions, l'agression du flic psychopathe, le cambriolage improvisé, l'arrêt au poste de police pour possession de drogues ou encore l'attaque d'un chien plutôt agressif... Le futur jeune marié n'arrête pas de se compromettre dans des situations impossibles. L'humour se base essentiellement sur une série de gags sexuels ou scatologiques qui, s'il ne sont pas très subtils, se révèlent parfois assez amusants à suivre.

IVRESSE ET CONSEQUENCES est une de ces comédies typiques comme on en trouve à la pelle dans le cinéma US. Sans surprises et plutôt classique dans son déroulement. Néanmoins, elle s'apprécie surtout grâce à sa distribution. Si Jason Lee est très bien dans son rôle de jeune homme stressé par les catastrophes en chaîne qui lui tombent dessus, le film vaut surtout le coup d'oeil pour ces deux rôles féminins, interprétés par Selma Blair et Julia Stiles (sexy en tenue hawaïenne!). C'est les atouts de charme de cette sympathique petite production. Les personnages sont aisément appréciables, on ne met pas très longtemps à s'attacher à eux. Même si l'intrigue est construites de manière plutôt laborieuse, ressassant encore et toujours les mêmes procédés comiques gentiment délirants, le long-métrage tient uniquement la route grâce à ses rôles principaux finalement assez touchants. Bien plus que l'humour un peu graveleux dont on aurait pu aisément se passer, le film fonctionne surtout au niveau de la relation entre le jeune homme et cette femme énigmatique qui change de job tout le temps. C'est donc finalement assez dommage que le scénario ne développe pas davantage cet axe. Une fois que l'histoire s'achève, c'est surtout cette aventure que l'on aurait aimé suivre, davantage que les situations un peu bêtes dans lesquelles le film s'enlise...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter