lundi 22 février 2010

17 ANS ENCORE

17 ANS ENCORE (17 Again) de Burr Steers (2009)

Mike O'Donnell, un homme de 37 ans, trouve sa vie ennuyante et pathétique. Il se sépare de sa femme et vit avec son meilleur ami. Ses enfants le considèrent comme un loser. "Si seulement on avait droit à une seconde chance ?" Et il ne croyait pas si bien dire ! Son voeu va être exaucé. Le lendemain matin, Mike découvre qu'il a à nouveau 17 ans! Bien décidé à réparer ses erreurs personnelles, il s'inscrit au lycée pour aider ses enfants. Mike s'aperçoit vite que sa fille est beaucoup moins sage qu'elle ne parait et que son fils, Alex, est le bouc-émissaire de l'athlète de l'école. Son adolescence était bien différente de celle d'aujourd'hui !

Voilà une histoire qui rappelle BIG de Penny Marshall où un jeune garçon de 13 ans se retrouvait dans la peau d'un trentenaire ayant les traits du comédien Tom Hanks. Avec ce nouveau film, c'est le processus inverse qui se passe : un esprit d'adulte dans le corps d'un adolescent. Le scénario est intéressant car il ne sert pas à transformer son idée de base en comédie grossière du style AMERICAN PIE. Notre héros ne s'en va pas draguer de la cuisse fraîche ou tenter d'effacer les erreurs de son parcours de lycéen. L'intrigue se porte plutôt sur le destin de ses enfants. En soi, c'est très conservateur car le personnage incarné par Zac Efron prône des valeurs comme l'abstinence sexuelle au lieu de profiter de cette seconde jeunesse qui lui tombe dans les bras. Si le film est produit par la New Line, on en ressent quand même de très fortes influences disneyennes qui ne sont pas sans rappeler les HIGH SCHOOL MUSICAL! Heureusement, 17 ANS ENCORE joue beaucoup sur le décalage qu'engendre l'esprit d'un adulte dans le corps d'un adolescent. Et c'est très drôle! A ce jeu-là, la performance de Zac Efron constitue l'intérêt principal de cette comédie qui rappelle, par certains aspects, le cinéma de John Hughes avec son étude de caractère sur les adolescents. Le comédien est très convaincant dans son rôle, à la fois amusant (il faut le voir porter sa tenue à la Kevin Federline!) et touchant (sa relation avec sa femme avec qui il est normalement en train de divorcer!). Le réalisateur utilise également ses dons de danseur à l'écran à l'occasion d'une partie de basket. Et c'est plutôt réussi!


Le film offre aussi de très chouettes seconds rôles dont on reconnaîtra, parmi les interprètes féminines, la très mignonne Michelle Trachtenberg de la série TV BUFFY CONTRE LES VAMPIRES et aussi Leslie Mann qui est un visage dorénavant très connu grâce aux nombreuses comédies de Judd Apatow! Mais on retiendra surtout la performance de Thomas Lennon, qui joue le meilleur ami de Mike O'Donnell. C'est le dingue de service, gros geek qui vit dans un environnement dédié à son amour pour STAR WARS (le lit en forme de vaisseau, il possède également des sabres lasers et autres produits dérivés), porte des oreilles de "Trekkie" ou parle aussi le langage elfique directement sorti du SEIGNEUR DES ANNEAUX. C'est le personnage le plus délirant du film et il est hilarant. Encore plus quand il se décide à séduire à la directrice de l'école, usant de toutes les provocations pour attirer son attention.


17 ANS ENCORE est donc une comédie plutôt sympathique même si le scénario présente de lourdes carences en terme de crédibilité. L'aspect fantastique de l'intrigue est quasiment passé sous silence et aucune explication ne viendra justifier comment et surtout pourquoi un adulte se retrouve à nouveau à l'âge de ses 17 ans. Mais ce n'est pas si grave finalement car l'ensemble est emballé avec une belle énergie très communicative où l'humour fait souvent mouche et permet à son interprète principal d'afficher une belle maturité dramatique qui va certainement le sortir doucement des rôles acidulés qu'il jouaient dans les productions Disney!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter