lundi 25 janvier 2010

UNE NUIT A NEW YORK


UNE NUIT A NEW YORK (Nick & Norah : Infinite Playlist) de Peter Sollett (2008)

Nick, qui est membre d'un obscur groupe de rock indépendant, vient de vivre une rupture difficile. De son côté, Norah a du mal à donner un sens à sa vie et à sa relation épisodique avec un musicien trop égoïste.

Oh, la belle surprise. Comédie adolescente se déroulant sur une seule nuit, on suit les pérégrinations d'une groupe d'amis musiciens qui sont à la trace d'un super groupe de rock qui s'appelle "Where's Fluffy"! Un concert exceptionnel d'un groupe mythique qui semblent rendre fou à peu près tous les jeunes de la ville! Hélas, l'endroit est tenu secret et la bande de joyeux drilles s'efforcent d'arpenter les nombreux clubs new-yorkais afin d'assister à cet événement... Voilà les prémices d'une soirée riche en rebondissements. UNE NUIT A NEW YORK baigne donc dans une formidable ambiance musicale, nous faisant passer la plupart du temps à travers des petites salles de concert. C'est là que se situe le coeur de l'histoire car le film est avant tout la rencontre entre deux jeunes adultes qui ne se connaissaient pas vraiment jusqu'à ce soir-là! Durant ce moment précis, la magie opère sur le spectateur et le film s'envole pour nous emmener sur un petit nuage. Sur le thème du relationnel difficile à gérer/digérer, ces deux personnages propose une alternative rafraîchissante d'une jolie histoire d'amour entre deux jeunes gens.


Jouant sur un scénario raconté quasiment en "temps réel", la soirée tumultueuse de Nick & Norah prend forme petit à petit devant nos yeux, passé un premier contact un peu rapide qui se solde déjà par un baiser. Et pourtant, il ne se connaissent pas encore... Et c'est sans compter sur les potes gays du jeune homme qui force un peu le couple à se connaître davantage. Tout ceci est finalement la faute de la copine sympa mais toujours bourrée qui va embriguer toute cette joyeuse bande dans une odyssée absurde à travers la nuit new-yorkaise. Et à la romance naissante s'ajoute d'amusantes petites touches d'humour comme le "faux" kidnapping, la "Yugo" de Nick qui est prise pour un taxi par tout le monde ou encore le tumulte très particulier d'un chewing-gum... Tout s'accorde à créer une atmosphère à la fois douce et délirante, d'autant plus que les ex de nos deux rôles principaux rôdent aux alentours... Une nuit inoubliable et très musicale se prépare!


UNE NUIT A NEW YORK c'est d'abord l'alchimie entre deux comédiens : Michael Cera (vu dans JUNO et SUPERBAD) et la délicieuse Kat Dennings. Ils sont tous les deux parfaits, sensibles, drôles et finalement très touchants. Leur nuit est un véritable régal de petits instants magiques dont le sommet est la visite d'un studio d'enregistrement, lieu parfait d'une romance consommée pour deux amoureux de musique. Et puis il y a aussi tout ces instants de drôleries qui parsèment le film et le rend encore plus agréable à suivre... UNE NUIT A NEW YORK parle aussi de rupture et des relations vaines, ce qui renforce encore plus la profondeur des personnages principaux dont on tombe très rapidement amoureux. Et puis la ville de New York est l'endroit parfait pour nouer une intrigue romantique et musicale. A l'issue de la projection, c'est le coup de coeur absolu! Une merveille!!

2 commentaires:

  1. Fut un temps où Ferris Bueller passait une folle journée et Paul Hackett une nuit de barge – l'un à Chicago l'autre à New York.
    Un autre de ces temps, plus récent, Rob Gordon* s'arrachait les cheveux entre gigs, ex-girl et galettes (vinyles) et la môme MacGuff, trop tôt encloquée, frottait sa discothèque indé à celle d'un aîné branché sur Thurston Moore – l'un à Chicago (?!) again, l'autre dans le Minnesota.
    De grandes heures furent celles encore de l'inégalable Daria, bien sûr, mais aussi celles d'Enid et Rebecca intriguées par l'étrange Seymour...
    Bien. Bien, bien, bien. Souvent très, même.
    Mais shakerisez-moi tout ça, ramenez-moi ça sur Manhattan et osez orienter franchement l'affaire vers la comédie romantique pour ado post-Gossip Girl (le fil rouge hype'n'pod du concert de Where's Fluffy fait ainsi, en plus de lapidairement colonnevertébraler le récit, vibrer archicontemporainement tous les smartphones de la Big Apple !), l'énervant glam chic en moins, et voyez-moi débarouler rien moins que la meilleure teen comedy (avec, dans une tonalité radicalement différente, SuperGrave) depuis... depuis.. depuis... Pretty in Pink & The Breakfast Club réunis (RIP John Hugues !) ** !
    Casting de choix (Michael Cera !!!!!), contexte contagieux (à quiconque a bricolé sa vie durant, pour un oui, pour un non, pour plus ou moins encore, des compils, des mixtapes, sur BASF chrome ou CD-R emmepétreux), topographie enivrante (pour qui kiffe Nouillorque sans verser dans la tournée des grands ducs façon tour operator) et trame surclassique mais pas mal dégraissée de ses clichés (sans sacrifier ses orthodoxes motifs non plus !) font du trip nocturne un bain de jouvence heureux et sacrément catchy !
    Une fois encore la distribution française se fait au travers d'un titre salopant la beauté de l'original (Nick and Norah's Infinite Playlist) mais pourrait, par « publicité mensongère », attirer un public auquel la chose n'est pas particulièrement destinée (fan d'Hannah Montana ou des frangines Olsen ?) et, ouiallenote ?, ouvrir des yeux, des oreilles... créer des voltes-faces, qui sait ? des vocations !
    C'est tout le mal qu'on souhaite à cette petite perle qui renvoie bien loin les chichiteux Garden State et autres prods mid-branchouillades (et plus loin encore les merdasses 90's type She's All That ou 10 Things I Hate About You !)

    http://eightdayzaweek.blogspot.fr/2009/09/quel-film-avons-nous-vu-ce-jour_10.html

    RépondreSupprimer
  2. Des petits films comme ceci, touché par une certaine grâce, j'en redemande toujours... De lire ton papier ça me redonne envie de m'y plonger à nouveau. Histoire de voir si le coup de coeur est toujours aussi vivace. Il y a fort à parier que ce soit toujours le cas. :)

    RépondreSupprimer

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter