mercredi 13 janvier 2010

RETOUR A HOWARDS END


RETOUR A HOWARDS END (Howards End) de James Ivory (1992)

Margaret Schlegel et Ruth Wilcox, deux femmes émancipées aux idées avancées, se lient d'amitié. Mariée à un homme traditionnaliste très riche, Ruth décide sur son lit de mort de léguer à Meg sa magnifique demeure, Howard End...



Un drame en costumes dans toute sa splendeur. Le scénario est tout simplement brillant. L'histoire, grande fresque intimiste, se construit à mesure des différentes rencontres entre ses personnages, créant des alliances qui ne mèneront finalement pas là où on l'imaginerait. Du coup, la dramaturgie s'immisce parcimonieusement, par petite touches subtiles. L'ensemble de la distribution donne de très belles performances à des personnages forts et complexes. Que ce soit Helena Bonham-Carter à Anthony Hopkins, Emma Thompson ou encore la toujours sublime Vanessa Redgrave, tous les comédiens concordent à une sorte de perfection que la mise en scène virtuose de James Ivory vient encore plus sublimer. Véritable trésor visuel, RETOUR A HOWARDS END est d'une beauté à couper le souffle. Un travail d'orfèvre dans la reconstitution d'époque, regorgeant de détails merveilleux, que ce soit autant par la richesse des décors où encore la superbe garde-robe des acteurs. De plus, la photographie est superbe et rend très bien l'ambiance de l'Angleterre victorienne à travers l'effervescence londonnienne ainsi que la beauté lyrique de ses décors naturels, tout autour de la belle demeure d'Howards End, réceptacle de toute la charge émotionnelle du long-métrage. Chef-d'oeuvre!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter