samedi 2 janvier 2010

PAROLE D'HOMME

PAROLE D'HOMME (Shout At The Devil) de Peter Hunt (1976)

Automne 1913. Bien que la situation politique mondiale se dégrade et qu'une vaste région d'Afrique Orientale soit déjà sous domination allemande, Patrick O'Flynn, braconnier vantard et gouailleur sévissant à Zanzibar, est déterminé à poursuivre sans relâche sa chasse à l'ivoire, au nez et à la barbe du sinistre Fleischer, le commandant allemand déséquilibré qui régente le secteur. Pour que le butin du vieux baroudeur échappe aux contrôles douaniers, il est impératif que le rafiot qui le transporte batte le pavillon britannique. O'Flynn réussit alors, par une ruse peu glorieuse, à convaincre un touriste de Sa Majesté de se faire passer pour le capitaine du bateau...

Voilà un film d'aventures comme on en fait plus aujourd'hui. Une épopée fabuleuse mise en scène par le réalisateur de AU SERVICE SECRET DE SA MAJESTE. Et le film ne ménage pas son spectateur durant près de deux heures de spectacle dépaysant et grandiose, où la frénésie des péripéties et un montage à la serpe nous laisse carrément le souffle coupé. Entre la fresque historique et de l'action digne d'une bande dessinée de Tintin, PAROLE D'HOMME surprend à plus d'un titre. Basé en partie sur des faits réels, le film aligne de monstrueux moments de bravoure (éperonnage, attaques, bagarres et explosions démesurées) mélangée à des moments plus légers et d'une étonnante drôlerie. Grâce soit rendu à l'extraordinaire Lee Marvin qui compose un personnage haut-en-couleurs, sorte de Capitaine Haddock bougon et alcoolique mais finalement au grand coeur. Le charme et l'élégance porte les traits de Roger Moore, toute la classe et le flegme britannique à lui seul, qui est aussi porteur de toute la charge romantique de cette belle aventure. Le réalisateur Peter Hunt retrouve dans son équipe technique bon nombres de collaborateurs ayant officié sur de nombreuses missions de l'agent 007, comme Maurice Binder (pour le générique coloré sur fond de batailles navales) ou encore John Glen qui officie comme 2ème metteur en scène. Tous s'allient pour réaliser une grande oeuvre époustouflante, épique et romanesque. Un excellent moment de cinéma!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter