samedi 2 janvier 2010

NEW YORK 2H00 DU MATIN


NEW YORK 2H00 DU MATIN (Fear City) de Abel Ferrara (1984)

Des strip-teaseuses de Manhattan sont assassinées par un tueur en série. Un policier et un détective arpentent les clubs à la recherche de ce meurtrier.

New York et les allées glauques de la 42ème rue, avec son lot de junkies et de prostituées. Abel Ferrara crée une atmosphère pesante où la violence tapie dans les recoins sombres de Time Square côtoie les néons des night-clubs new-yorkais. Tom Berenger interprète un boxer reconverti dans le business du strip-tease. Melanie Griffith est l'attraction n°1, une sensuelle effeuilleuse qui se donne à fond et dévoile son anatomie devant un parterre de vieux cochons gueulards. On y trouve aussi Maria Conchita Alonso et la Rae Down Chong parmi les belles de la nuit. Le climat est sordide, l'histoire d'amour entre le personnage de Griffith et celui de Berenger est déjà consommé et dégage une lègère nostalgie qui flotte dans l'air. Mais le gros psychopathe qui rôde le soir et agresse les filles sèment la terreur dans les rues de la ville. Personne n'est à l'abri. L'enquête piétine, même si elle est mené par Billy Dee Williams. Le boxer va devoir se mettre à la place du tueur pour le retrouver et lui faire la peau.


Ferrara excelle au milieu de la nuit. Son film est sombre et prenant, bourré de femmes nues qui se déhanchent sur une bande son pure années 80 et saupoudre l'ensemble de meurtres sanguinolents. L'idée génial de NEW YORK 2H00 DU MATIN est d'avoir transformé l'habituel tueur en série en un jeune cinglé ultra-baraqué et adepte des arts martiaux. Avec l'esprit des meilleures séries B, on le voit s'attaquer à ses victimes avec un nunchaku ou un sabre de samouraï. Il développe aussi un penchant pour pour le sadisme pur qui rappelle le Joe Spinell du MANIAC de William Lustig. Crasseux sans être gore, suffisamment malsain pour être tout de même bien perturbant, NEW YORK 2H00 DU MATIN est un excellent polar bien âpre où la tronche bien carré de Tom Berenger et la très sexy silhouette de Melanie Griffith font des merveilles.




La relation entre le personnage de Melanie Griffith et celui de Rae Down Chong reste trouble dans le film. D'ailleurs, lorsque Tom Berenger vient apporter un bouquet de fleur à Melanie dans sa loge, il voit quelque chose qui lui fait rebrousser chemin. En regardant les scènes coupées, on y voit que les deux femmes ont entamé une relation qui se montrera plus explicite dans l'appartement de la belle Melanie. En effet, on y verra un baiser échangé à pleine bouche entre les deux effeuilleuses!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter