vendredi 1 janvier 2010

LUCIFERA : DEMON LOVER

LUCIFERA : DEMON LOVER (L'Amante Del Demonio) de Paolo Lombardo (1972)

Trois amies visitent un château supposé habiter par le Diable. Durant la nuit et après avoir été troublée par un tableau dans la demeure, une des jeunes femmes se voit hantée par les souvenirs d'une vie antérieure où elle était la maîtresse du démon...

Un film fantastique assez rare avec la belle Rosalba Neri. Malgré la présence de cette séduisante comédienne italienne, LUCIFERA : DEMON LOVER reste une petite production assez cheap où même le manque d'atmosphère est probant. L'ensemble est souvent maladroit, pour ne pas dire carrément amateur, au rythme léthargique et bourrée de fautes de mises en scène. On notera particulièrement ses séquences nocturnes se déroulant en plein jour! Le réalisateur ne profite même pas d'exposer à l'écran le physique avantageux de sa comédienne principale, rapidement couverte par la cape du fameux démon. Il rate également une timide scène d'orgie, guère aidé par la copie DVD du film qui, hélas, ne respecte pas le format original du long-métrage, donnant souvent des cadres guère esthétiques. Le film débutant par une visite très rapide du château se transforme très rapidement en un long flashback cauchemardesque où l'on ne ressent aucune tension à travers son histoire, sans parler de l'ambiance quasi-nulle et l'érotisme pratiquement absent durant l'intégralité des 77 minutes que durent le film. Il ne reste finalement qu'une brève séquence où le Diable fait l'amour à sa victime consentante. Séquence partiellement cachée par un feu (les flammes de l'Enfer?) en premier plan. S'ensuit la torture d'une jeune femme à qui l'on marquera au fer rouge l'un de ses seins avant de lui arracher la langue, bien entendu dans un plan "hors champ".



Au final, c'est toujours très intéressant de découvrir des raretés du cinéma fantastique européen des années 70 même si celui-ci se révèle tout de même une sacrée déception. La pauvre qualité technique du DVD (mais pouvait-on faire mieux avec le matériau d'origine?) n'aidant pas non plus à apprécier davantage l'oeuvre. Ce petit film reste néanmoins une curiosité pour les amateurs de la belle Rosalba Neri qui s'en sort plutôt convenablement face au résultat final, plutôt pitoyable.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter