samedi 30 janvier 2010

THE HOUSE OF THE DEVIL

THE HOUSE OF THE DEVIL de Ti West (2009)

Samantha, une mignonne collégienne qui répond à une offre de gardienne d'enfants, question de ramasser de l'argent pour son nouvel appartement. Son amie sceptique Megan l'amène en voiture à travers les bois et la laisse devant une gigantesque maison victorienne ayant comme propriétaire un vieux couple étrange avec des plans particuliers pour célébrer un événement rare : une éclipse lunaire qui aura lieu plus tard dans la nuit. Ayant désespérément besoin d'argent, Samantha accepte de rester en leur compagnie même lorsqu'elle se rend compte qu'il n'y a pas de bébé...


Durant les années 80, plus de 70% des adultes américains croyaient en l'existence de cultes sataniques. THE HOUSE OF THE DEVIL se base sur cette affirmation pour raconter son histoire, produit de faits réels inexpliquées. Et pour rendre son scénario encore plus crédible, le long-métrage est justement situé au début des années 80. Ce qui lui donne une patine visuelle particulière que son réalisateur prend soin de bien reconstituer. Et non seulement les costumes et coupe de cheveux viennent de cette époque mais également le style de mise en scène, l'agencement de ses séquences, montage et mouvements de caméra à l'appui qui lui donne un tempo bien ancré dans son temps, et ce dès un excellent générique d'ouverture à la typographie jaune qui s'affiche en "gelant" l'image de son héroïne se promenant sur le campus. Un véritable travail d'orfèvre, jusque dans les moindres détails avec ses accessoires très datés comme les téléphones à cadran ou bien encore l'énorme baladeur pour écouter de la musique avec son casque aux coussinets en mousse. L'ambiance est parfaitement maîtrisée, évitant même le kitsch excessif d'antan car on est tout de même plus proche de la fin des années 70 qu'en plein milieu de la décennie suivante.




Ti West, également scénariste et monteur de son film, expose une intrigue finalement assez simple et sans fioritures, s'attachant surtout à bien développer ses personnages qui sont tous très bien construits. L'héroïne de l'histoire, incarnée par Jocelin Donahue, est un beau modèle de rôle qui rappelle celui de Laurie Strode dans le HALLOWEEN de John Carpenter. Un peu naïve mais forte tout de même, ce n'est pas la collègienne un brin idiote qui se retrouve coincée au mauvais endroit au mauvais moment. Son personnage permet à la comédienne d'être autre chose qu'une simple victime, sachant se défendre et réagissant logiquement lors de son contact avec des étranges adeptes d'un culte terrifiant. Un beau rôle pour la jeune actrice qui y est absolument parfaite. Ce qui également le cas de tous les seconds rôles, que ce soit la meilleur copine de Samantha ou le vieux couple à la recherche d'une baby-sitter pour la nuit. Une fois à l'intérieur de la demeure, West ne force jamais le trait et distille un malaise persistant. Simple mais diablement efficace, THE HOUSE OF THE DEVIL est un revival "satanique" bien maîtrisé, sachant très bien doser une tension palpable allant crescendo jusqu'à minuit, l'heure fatidique d'une éclipse complète. Et là, le long-métrage ne vire pas non plus dans l'excès, on plonge plutôt dans une ambiance inquiétante qui rappelle l'atmosphère dérangeante des oeuvres comme LE LOCATAIRE ou ROSEMARY'S BABY de Roman Polanski. De l'épouvante soignée, bien tendue... C'est une belle réussite doublée d'un exercice de style visuel qui donne un superbe cachet à une histoire qui est somme toute assez classique. Le film manage toutefois quelques belles surprises quand au destin de son héroïne et l'épilogue, bien sombre et horrible, est tout simplement excellent. Pour les amateurs du genre, c'est à découvrir sans tarder!






Pour encore mieux plonger dans le revival fin 70's/début 8o's, l'éditeur Dark Sky a même poussé le vice à sortir le film en VHS, le support ultime des vidéophiles de cette époque. Disponible bien entendu en combo DVD/VHS pour encore plus de plaisir. Une idée vraiment très sympathique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter