jeudi 14 janvier 2010

HARD REVENGE, MILLY : BLOODY BATTLE


HARD REVENGE, MILLY : BLOODY BATTLE (Hâdo Ribenji, Mirî: Buraddi Batoru) de Takanori Tsujimoto (2009)

Après que Milly ait éliminé les "Jack Brothers" pour venger sa famille, une jeune femme du nom d'Aru la rejoint pour lui demander de l'aide. Elle voudrait venger la mort de son petit ami. Milly repousse sa demande au début puis finalement accepte de l'entraîner à se battre. C'est à ce moment-là qu'entre en scène Ikki et son frère Hyuma, deux sbires de Jack qui viennent se battre contre Milly. Etant partiellement un cyborg, Ikky endommage passablement le corps mécanique de Milly. Seras-t'elle capable de survivre et d'aider Haru à avoir sa propre vengeance?

Suite directe de HARD REVENGE, MILLY, le film reprend là où l'on avait quitté Milly. Retranchée sur elle-même, elle trouve un second souffle d'existence en s'attachant à une jeune fille qui poursuit le même but qu'elle : la vengeance. Avec toujours un manque de moyens conséquents, les auteurs de HARD REVENGE, MILLY : BLOODY BATTLE essaient d'étoffer un peu leur univers. On a donc droit à plus de décors, d'effets spéciaux "futuristes", et même si ceux-ci sont restreints, leur esthétique est quand même assez réussie et restent plutôt convaincants. Il y a aussi davantage de personnages, dont un docteur un peu étrange qui s'occupe de mettre au point le corps ravagé de Milly pour lui donner un second souffle. Il y a aussi des méchants très caricaturaux, dont l'un met passablement en avant le fait qu'il soit gay et à quel point c'est formidable! Il faut le voir s'envoyer en l'air avec un cadavre fraîchement tué pour saisir toute l'étendu de cet esprit dérangé et souvent rigolard. Tout ces personnages restent tout de même assez secondaires et c'est surtout la relation avec Haru qui est mise en avant. Mais la psychologie et les sentiments des personnages n'est vraiment pas le point fort du film qui, heureusement, revient assez souvent à l'action. Celle-ci est toujours bien chorégraphiée, avec de beaux combats qui mélangent armes blanches et armes à feu, même un nunchaku-mitraillette (!) sans parler d'un attirail technologique de pointe qui constituera le gros morceau de bravoure final. HARD REVENGE, MILLY : BLOODY BATTLE déverse à nouveau des hectolitres de sang et accumule un large éventail de cadavres, davantage que dans sa première partie beaucoup plus modeste.

Même avec des moyens réduits, Takanori Tsujimoto met en scène une très chouette série B, plus proche d'un film d'action avec du kung-fu que d'une réelle bande de science-fiction hardcore. Les effets spéciaux limités et la pauvreté de ses décors limite passablement la portée de son long-métrage qui laisse aussi de nombreuses questions en suspens et se permet même de cotoyer un certain onirisme avec cet étrange personnage de petite fille aux bulles de savon. Mais l'on en saura pas plus... Dans un troisième épisode, peut-être?

C'est un peu dommage que l'idée des personnages mi-humains mi-machines ne soit pas plus développés, faute de moyens. En l'état, cela rappelle parfois les séries Z italiennes futuristes avec certains de ses effets de maquillages (le bras mécanique, les articulations robotiques qui apparaissent sous la peau, tel un TERMINATOR au féminin!). Et puis aussi tout ce décorum cheap qui ne sert pas à grand chose comme ses masques à gaz dont les méchants se revêtent... pour se protéger de quoi? Est-ce vraiment utile? ... Cette ambiance d'anticipation est plutôt raté dans HARD REVENGE, MILLY : BLOODY BATTLE et prête largement à sourire mais cela est largement compensé par toute la partie action qui constitue tout de même le coeur de la quête de Milly. Et, à ce niveau-là, c'est une belle réussite, réalisé avec une belle ingéniosité malgré le côté technique insuffisant. Et son héroïne ne se gêne pas pour que ça saigne en faisant littéralement exploser des têtes et s'arrange toujours pour bien abîmer les corps de ses assaillants. Cela rend le spectacle d'autant plus jouissif qu'il garde toujours un côté un peu décalé, n'hésitant pas à en faire un peu trop! Pour les amateurs de petites productions fauchées et d'action bien débridée, HARD REVENGE, MILLY : BLOODY BATTLE vaut le détour. Couplé en "double feature" avec HARD REVENGE, MILLY, cela donne un réjouissant spectacle de deux bonnes heures au final. En attendant la suite, peut-être un jour. L'odyssée de Milly étant loin d'être terminée...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter