samedi 30 janvier 2010

COEUR D'ENCRE

COEUR D'ENCRE (Inkheart) de Iain Softley (2008)

Depuis la disparition de sa mère il y a neuf ans, Meggie voyage sans cesse avec son père Mortimer. Celui-ci ne tient pas en place et trouve toujours un prétexte pour changer d'endroit. Mo a en effet un secret qu'il n'a jamais révélé à sa fille : il possède un extraordinaire pouvoir, celui de donner vie aux personnages des livres qu'il lit à haute voix. Il y a neuf ans, il a eu le malheur de lire "Coeur d'encre", et une bande de personnages mortellement dangereux, dont le redoutable bandit Capricorne et un jongleur cracheur de feu nommé Doigt de poussière, a surgi... Plus terrifiant encore, tandis que la troupe de malfrats prenait vie, la femme de Mo a disparu dans le livre ! Mo s'est juré de ne plus jamais lire à haute voix. Et depuis, il fuit les personnages auxquels il a donné vie malgré lui, essayant de protéger le livre qui est son dernier espoir de retrouver la mère de Meggie.

L'idée de pouvoir faire sortir les personnages d'un livre est vraiment excellente. Fort de ce concept enthousiasmant et basé sur un roman allemand écrit par Cornelia Funke, COEUR D'ENCRE développe un chouette film d'aventures fantastiques. On y retrouve des personnages issus d'oeuvres littéraires comme "Le magicien d'Oz" ou encore "Ali Baba et les 40 voleurs", des clins d'oeil à "La légende du Roi Arthur" "Le petit Chaperon rouge", "Tom Sawyer", "Cendrillon"... Tout l'imaginaire de ces livres peut prendre vie. Le film, débutant en Suisse, pose finalement son intrigue en Italie lui donnant ainsi une saveur très européenne. D'ailleurs, la distribution est majoritairement composée de comédiens anglais. On y retrouve avec un certain plaisir Paul Bettany, Jim Broadbent et Helen Mirren ainsi que Andy Serkis dans le rôle du vilain de l'histoire. Le personnage principal échoit toutefois à un américain habitué aux comédies familiales : Brendan Fraser. On y trouve aussi la belle Jennifer Connelly dans un rôle très secondaire.




Produit par le studio New Line, COEUR D'ENCRE s'ajoute à la longue liste de film fantastiques qui essaient de prolonger le succès d'oeuvres comme la saga du SEIGNEUR DES ANNEAUX ou de HARRY POTTER. Mais cette énième histoire pleine de fantaisie est réussie grâce à un scénario assez bien fichu et une belle galerie de personnages, qu'ils soient imaginaires ou non. Ainsi, le rôle de la tante interprété par Helen Mirren est plutôt réjouissant car elle apporte une petite touche de comédie anglaise très appréciable. Et celui de Paul Bettany, issu du roman "Coeur d'Encre" est sans doute le personnage le plus intéressant du film. Cracheur de feu ayant le "Souffle du Dragon" entre ses mains, celui-ci a été arraché à son roman et à son amour pour la belle Roxanne. Maintenant dans le monde "réel" avec son furet Gwin, il cherche à rentrer chez lui.




Andy Serkis joue le chef des méchants, et s'amuse à cabotiner avec une certaine jubilation. Le vilain par excellence qui refuse de retourner dans son oeuvre littéraire, appréciant trop les plaisirs de sa nouvelle réalité. Du coup, celui-ci veut profiter des pouvoirs magiques de Mortimer pour nous dominer. Les méchants de l'histoire sont donc nettement plus conventionnels avec toujours ce désir immortel de contrôler le monde. Mais cette bande de malfrats est plus amusante que terrifiante. Pas totalement sorti d'un livre comme il le faudrait, car lu par un bégayeur, ceux-ci sont légèrement marqués par leurs écrits (tatoué à même la peau) et parfois légèrement déformés. Il s'agit probablement de l'aspect le moins réussi du métrage, le film étant avant tout destiné à un public très familial, voire même prioritairement adressé aux enfants. Mais le film reste agréable à suivre et est assez soigné, comportant quelques belles séquences à effets spéciaux dont une tornade directement emprunté au "Magicien d'Oz". La dernière partie du long-métrage, plus grandiose dans ses proportions, est très sympathique avec une immense créature de feu et de cendres qui n'est pas sans rappeler le Balrog de LA COMMUNAUTE DE L'ANNEAU. Le film gagne alors une dimension épique qui était absente jusque là, devient même quasiment spectaculaire tout en restant toujours assez gentillet. Les événements s'enchaînent à mesure que le long-métrage se gorge d'effets spéciaux souvent très réussis. Le destin des personnages ne connaîtront bien entendu pas de fin tragique et tout rentrera finalement dans l'ordre. Même sans surprises, COEUR D'ENCRE est un spectacle tout à fait correct, bien emballé et drôle. Le scénario étant avant tout son point fort, captivant au départ pour se montrer plus conventionnel par la suite, il n'en reste pas moins que le résultat reste continuellement très divertissant.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter