vendredi 29 janvier 2010

THE CHILDREN

THE CHILDREN de Tom Shankland (2008)

Les vacances à la neige font généralement l'unanimité auprès de toute famille lorsqu'il s'agit d'élire le cadre propice aux fêtes de fin d'année. C'est ainsi que ces dames embarquent maris et marmailles afin de mesurer leurs succès éducatifs dans une maison à la lisière des blancs sapins. Mais une fois les cadeaux de Noël déballés, cet équilibre maîtrisé ne tarde pas à être ébranlé : les têtes blondes sont tour à tour frappées par un inquiétant virus qui les pousse, au détour d'une descente en luge ou d'une bataille de boules de neige, à dégommer papa et maman en toute allégresse. Jeux d'enfants, jeux innocents?

Comédie noire, ce divertissement horrifique très honorable est plaisant à suivre. Bien qu'étant sans réelles surprises, THE CHILDREN permet de voir des enfants tuer leurs parents, et vice-versa, donc il s'agit d'un plaisir déviant particulièrement jouissif. D’autant plus que l’ensemble se révèle bien convaincant et fait même parfois grincher des dents devant quelques séquences sanglantes bien corsées!

La thématique de l'enfance diabolisée est très récurrente dans le cinéma fantastique. On pense notamment au superbe VILLAGE DES DAMNES de Wolf Rilla ou encore le remake homonyme de John Carpenter. THE CHILDREN ne joue toutefois pas dans la même catégorie que ce classique du genre, bien que les êtres malfaisants soient ici aussi des enfants. L'élément fantastique vient d'ailleurs... Passée une mise en place guère intéressante avec l'arrivée des protagonistes à la maison de campagne pour les fêtes de Noël, le film installe rapidement un malaise vis-à-vis de ces gamins. On ressent très vite cette impression qu'il y a quelque chose d'inhabituel dans leur comportement. Face à des parents qui n'imaginent pas l'horreur qui se prépare chez eux, THE CHILDREN arrive à maintenir une assez bonne tension via la présentation de ces enfants aux visages angéliques mais néanmoins étranges. C'est alors qu'une suite ininterrompues de situations tragiques se succèdent. Au début, les mises à mort ressemblent presque à de malencontreux accidents, mais petit à petit les adultes découvrent qu'il y a bien quelque chose qui cloche dans l'attitude des gosses, quelque chose qui fait froid dans le dos.

Avec sa mise en images très découpée parfois à la limite l'épilepsie, Tom Shankland assemble des petits plans très courts, images chocs ou sanglantes qui s'immiscent dans une réalisation somme toute assez standard. Celle qui respecte les codes du genre et ses passages obligés mais reste toujours très soignée, et instaure une angoisse toujours plus grandissante. A mesure que les événements se précipitent, THE CHILDREN vire presque au huis-clos où les adultes se cloîtrent dans la maison, à l'abri de leur propre marmaille. Une variation pour le moins intéressante qui fait parfois penser à LA NUIT DES MORTS-VIVANTS de George A. Romero. D'ailleurs, les visages des gosses devenant de plus en plus blafards rappelle un peu les créatures peuplants les cimetières du cinéma. La condition physique et mentale de ces petits tueurs donnent lieu a de petits indices, des pistes qui expliquent les raisons de leur soudain instinct meurtrier. A mesure que l'histoire avance, le réalisateur transforme ses jeunes assassins en petits "zombies", ce qui gâche un brin une atmosphère qu'on aurait aimé plus mystérieuse sans avoir à se justifier à travers un "virus" qui modifie le comportement des bambins. Mais ce petit défaut est bien mineur face au résultat final, plutôt assez efficace à voir! THE CHILDREN ménage quelques beaux moments bien stressants, de l'humour noir assez réjouissant (une gamine fauchée par la voiture de sa propre mère!) et de l'horreur finalement pas très gore mais qui fait tout de même très mal, avec son lot d'os brisés. La fin du film, rapide mais bien angoissante, a aussi le mérite de laisser planer un futur pas très reluisant pour le(s) survivant(s) en fuite... Ces sales petites pestes hystériques auront bien mené la vie dure à leurs parents. Dans la douleur et les larmes. Méfiez-vous des enfants!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter