dimanche 3 janvier 2010

ABYSS


ABYSS (The Abyss) de James Cameron (1989)

Un commando de la Marine américaine débarque à bord de la station de forage sous-marine DeepCore, afin de porter secours à un sous-marin échoué dans les profondeurs. L'équipe de Bud Brigman accueille ces nouveaux arrivants, ainsi que Lindsey, future ex-femme de Bud. Alors que les travaux de récupération commencent autour du submersible naufragé, l'équipage de DeepCore doit faire face à des phénomènes inexpliqués. Et s'ils n'étaient pas seuls, dans les abysses ?

Avec James Cameron, c'est toujours des oeuvres monumentales. Et cela reste toujours incroyable de revoir la puissance qui se dégage d'ABYSS plus de 20 ans après sa sortie en salles. Le film possède encore aujourd'hui toute sa force et l'imaginaire de Cameron se retrouve même renforcé à chacun de ses films car on y retrouve ses thèmes de prédilections et sa passion pour la technologie et les personnages féminins de caractère. Mary Elizabeth Mastrantonio est un personnage aussi fort que celui de Sarah Connor dans TERMINATOR 2, par exemple. Et le défi technique que représentait ABYSS à l'époque, avec ses effets spéciaux révolutionnaires et la folie d'un tournage quasi-exclusivement sous-marin renforce encore plus le sentiment de claustrophobie face à ses belles mais angoissantes images sous l'eau. Aujourd'hui, il me semble impossible de faire l'impasse sur la version longue (presque 30 minutes supplémentaires!) au profit de la version cinéma de l'époque qui supprimait totalement le message pacifiste du film. Un vraiment beau film, riches en émotions et même parfois très intense (la noyade de Lindsay, Bud et sa chute dans les profondeurs abyssales) où le final ultra-spectaculaire combiné à la musique céleste d'Alan Silvestri clôture une oeuvre de cinéma inoubliable! Vingt ans plus tard, le film n'a pas pris une ride et demeure toujours aussi fascinant. Un must absolu! Chef-d'oeuvre!




Aucun support actuel ne rendant réellement justice au film dans toute sa beauté plastique, ça serait bien que très prochainement, celui-ci trouve son chemin dans une belle édition Blu-Ray, format anamorphique à l'appui et bien entendu que l'on puisse y trouver l'indispensable making of de 60 minutes qui raconte énormément de choses passionnantes sur le tournage de cette odyssée cinématographique assez gargantuesque!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Au revoir...

Au revoir...
Related Posts with Thumbnails page counter
Web Counter